NOUVELLES

Le film Sarah préfère la course poursuit sa tournée des festivals

14/09/2013 03:47 EDT | Actualisé 14/11/2013 05:12 EST

TORONTO - Après Cannes, le premier long-métrage de Chloé Robichaud continue de courir les tapis rouges, jusqu'au Festival international du film de Toronto (TIFF), où il a été annoncé que «Sarah préfère la course» fera partie des deux films canadiens à être présentés au festival international du film de Baja, au Mexique.

L'actrice Sophie Desmarais, qui incarne Sarah, affirme être très reconnaissante de l'attention que le film obtient. Aussi admet-elle s'attendre à ce que ce premier rôle principal en carrière lui ouvre des portes.

La jeune actrice prévoit d'ailleurs travailler sur le prochain film de Chloé Robichaud, Country, qui devrait être tourné l'an prochain.

Sophie Desmarais joue la singulière Sarah, dont la passion pour la course l'amène à faire partie d'un club de course à Montréal. Cependant, sans-le-sou, elle décide de marier son ami Antoine, joué par Jean-Sébastien Courchesne, pour profiter de meilleurs prêts et bourses.

Mme Desmarais, qui tient aussi un rôle dans Le Démantèlement de Sébastien Pilote, également présenté au TIFF, dit s'être réjouie du fait de jouer un personnage au caractère mystérieux.

Le dialogue du film révèle très peu de détails sur la psyché de Sarah, ce qui a poussé l'actrice à transmettre le plus d'émotion possible à travers ses expressions faciales et son langage corporel.

«Elle est pleine de détermination et de force intérieure, mais en même temps, elle est anxieuse, timide et elle a peur de rencontrer de nouveaux amis, d'être à un nouvel endroit», décrit-elle.

«Sarah n'a pas l'habileté de s'adapter facilement. J'ai été très touchée par cela parce qu'elle est passionnée de course, c'est une grande athlète, mais elle n'a pas le charisme et les mots pour en parler.»

En entrevue avec La Presse Canadienne à Toronto, elle a rappelé le travail physique qu'elle a dû faire pour se préparer à jouer Sarah. Elle affirme avoir gagné 10 livres de muscle en faisant du pilates et de la course, avant de fignoler la foulée rigide de son personnage.

«Tout est dans son regard et dans son coeur. Elle est très intérieure», dit-elle, expliquant la posture droite de Sarah.

PLUS:pc