NOUVELLES

56 morts dans un affrontement entre rebelles et armée aux Philippines

14/09/2013 05:20 EDT | Actualisé 14/11/2013 05:12 EST

ZAMBOANGA, Philippines - Les troupes philippines ont commencé à entrer dans les villages côtiers du sud, où des rebelles musulmans ont fait de nombreux otages dans un affrontement de six jours, provoquant de violents combats qui ont fait 56 morts et déplacé plus 60 000 personnes, ont rapporté les autorités, samedi.

Le secrétaire de l'Intérieur, Mar Roxas, a affirmé que les forces du gouvernement, entourant environ 200 combattants d'un groupe rebelle affilié au Front Moro de Libération nationale, ont commencé à graduellement reprendre des régions contrôlées par les rebelles et à sécuriser des routes autour de villages de la côte de Zamboanga, une importante ville portuaire.

Un porte-parole militaire, le lieutenant-colonel Ramon Zagala, a affirmé que l'offensive était «équilibrée» de façon à protéger un nombre toujours indéterminé d'otages qui demeuraient détenus par les rebelles.

«Ce n'est pas une véritable guerre», a affirmé M. Zagala à l'Associated Press dans une entrevue téléphonique.

L'armée n'a pas eu recours à de l'artillerie lourde ou des lance-roquettes, ni à des frappes aériennes pour protéger les civils et les otages, ont affirmé les autorités, ajoutant que 47 des 56 morts étaient des rebelles. Quatre civils, deux soldats et trois policiers ont aussi été tués.

Bien que les combats étaient centralisés dans trois villages, samedi, M. Roxas a affirmé que le danger demeurait sérieux à Zamboanga, une ville commerciale d'environ un million d'habitants, et que l'aéroport international et le port principal devraient demeurer fermés.

PLUS:pc