NOUVELLES

100 000 Polonais manifestent contre le gouvernement au centre de Varsovie

14/09/2013 11:28 EDT | Actualisé 14/11/2013 05:12 EST

VARSOVIE, Pologne - Menaçant de déclencher une grève générale, lançant des grenades fumigènes et utilisant des sifflets, près de 100 000 syndiqués polonais ont défilé à Varsovie, samedi, pour exprimer leur colère contre les politiques gouvernementales en matière de travail et de salaires.

Le gouvernement du premier ministre Donal Tusk perd rapidement des appuis après avoir récemment haussé l'âge de la retraite, annoncé la réforme du système de pensions, et le relâchement de certaines dispositions du code du travail qui permet désormais l'allonger les heures de travail.

Les autorités municipales ont bloqué le trafic dans le centre de Varsovie pour permettre aux manifestant de marcher en direction d'une place historique avec des drapeaux, des ballons, et des banderoles indiquant «Nous venons pour vous», «Le gouvernement Tusk doit partir» et des plaques individuelles marquées de l'expression «Je suis un esclave de Tusk».

Les protestataires ont convergé sur Varsovie de partout en Pologne pour la dernière de quatre journées de manifestations pacifiques dans la ville qui comprenaient également des rencontre avec des politiciens et des débats avec des experts sur le marché du travail.

Certains ont campé devant le Parlement depuis leur première manifestation, mercredi.

Les organisateurs — le plus important syndicat polonais, OPZZ; Solidarité, et des groupes représentants diverses professions — ont affirmé qu'environ 120 000 personnes avaient pris part à la manifestation de samedi. Les autorités municipales parlent plutôt de 100 000 participant.

Pour les syndiqués, les politiques du gouvernement de droite de M. Tusk nuisent aux intérêts des travailleurs et de leurs familles. M. Tusk, qui en est à son deuxième mandat et à sa sixième année au pouvoir, est le premier ministre en exercice depuis le plus longtemps depuis la chute du communisme, en 1989.

Le leader d'OPZZ Jan Guz soutient que la manifestation état un avertissement. «(Si le gouvernement ne modifiait par ses politiques), nous bloquerons l'ensemble du pays, nous bloquerons toutes les autoroutes, chaque route (pour demander de meilleures conditions de travail)».

La Pologne a déjà vécu plusieurs grèves d'importance par le passé. Dans les années 1980, le mouvement de liberté Solidarité a organisé des manifestations nationales qui ont éventuellement mené à des réformes démocratiques.

Un important membre du Parti de la plateforme civique de M. Tusk, Rafal Grupinski, a mentionné que les travailleurs avaient le droit d'exprimer leur mécontentement, mais qu'ils devraient principalement revenir aux négociations de longue date entre le gouvernement et les employés, qui se sont enlisées cet été en raison des changements apportés au code du travail.

La coalition au pouvoir ne compte plus que 232 appuis dans un parlement comptant 460 députés.

PLUS:pc