NOUVELLES

Un réveil citoyen aux élections municipales?

13/09/2013 03:54 EDT | Actualisé 12/11/2013 05:12 EST

Avec le parfum de collusion, de corruption et de scandales qui flotte sur plusieurs villes, la campagne municipale s'annonce comme nulle autre pareil. À Désautels le dimanche, nous avons voulu marquer le coup pour le lancement de la campagne municipale en nous demandant comment ce climat résonne chez vous, électeurs et contribuables.

Un texte de Michel Labrecque

Êtes-vous cyniques? Désabusés? En colère? Ou au contraire, est-ce que ces élections vous ont réveillé et suscitent l'envie de s'impliquer davantage?

Pour répondre à ces questions, j'ai choisi d'aller à Mascouche, une ville de banlieue de 45 000 habitants, près de Montréal. Et pour cause, cette cité a été le théâtre d'une des plus grandes controverses municipales des dernières années.

Rappelez-vous : des centaines de personnes envahissaient régulièrement l'hôtel de ville pour réclamer la tête du maire, Richard Marcotte, comme le montre le reportage du 27 août 2012 ci-dessous.

Le maire aurait accordé des contrats faramineux pour le déneigement de bornes-fontaines et obtenu des avantages personnels d'entrepreneurs. Il a été arrêté par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) et accusé de fraude, de corruption et d'abus de pouvoir. Il a démissionné en novembre 2012.

Un réveil démocratique qui se poursuit

Aujourd'hui encore, la mobilisation citoyenne s'avère vive. Le nouveau parti, Vision démocratique de Mascouche, a mobilisé 4200 membres. Du jamais vu. Le fondateur du mouvement, Stephane Handfield, se présente comme conseiller municipal et croit que rien ne sera jamais pareil dans cette ville.

Si cet extrait ne s'affiche pas sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Le retour de la politique traditionnelle

Mais au niveau des têtes de liste, ce sont des politiciens bien connus qui font campagne. Tous deux anciens députés péquistes de la région, Guillaume Tremblay et Luc Thériault se livrent un duel fratricide avec deux partis opposés : le parti Vision démocratique et l'Équipe Luc Thériault.

Les deux candidats promettent la transparence, l'intégrité et une administration plus propre. Un troisième candidat, Pierre Nevraumont, ex-président de la Chambre de commerce, est également en lice pour la mairie.

Par contre, du côté des citoyens, plusieurs s'inquiètent du retour de la petite politique. Les deux ex-députés multiplient les attaques personnelles. Gilles Patenaude, fondateur du Mouvement des citoyens engagés pour l'avenir de Mascouche, aurait souhaité qu'ils fassent équipe ensemble. Il n'est pas convaincu que l'effervescence citoyenne puisse se maintenir.

Si cet extrait ne s'affiche pas sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Les limites de l'implication

Entre les attentes d'un renouveau et la persistance de la politique traditionnelle, le risque du « tous pourris » chez les électeurs reste présent. À ce titre, la campagne électorale à Mascouche ressemble à bien d'autres.

Alors, assistera-t-on à un sursaut dans les urnes? Aux dernières élections municipales, plus d'un Québécois sur deux n'est pas allé voter. Et malgré les révélations de la commission Charbonneau et des enquêtes policières, plusieurs citoyens ne cachent pas que leur intérêt pour la politique municipale se limitera à aller voter.

D'où notre question cette semaine : faut-il que votre maire soit en prison pour que vous vous intéressiez à la politique municipale? Dites-le-nous en vue de notre émission de dimanche dans les commentaires ci-dessous, nous en sélectionnerons plusieurs.

PLUS:rc