POLITIQUE

Pamela Wallin a remboursé au Sénat ses frais de déplacements injustifiés

13/09/2013 05:17 EDT | Actualisé 13/11/2013 05:12 EST
CP

OTTAWA - Les dents serrées, la sénatrice Pamela Wallin a remboursé ses frais de déplacements non justifiés, non sans accuser d'autres sénateurs de succomber à une mentalité de «lynchage».

La sénatrice de la Saskatchewan a affirmé vendredi avoir remis au Sénat des chèques personnels d'une valeur totale de 100 600 $, plus intérêts. Elle avait déjà payé 38 000 $.

Mme Wallin semblait amère face à l'audit mené par une firme indépendante qui a remis en question de nombreuses demandes de remboursement pour des frais de déplacements couvrant presque toute sa carrière au Sénat, qui s'est amorcée en 2008.

«Je veux être bien claire», a-t-elle déclaré. «Je n'ai pas été traitée avec justice par l'enquête de Deloitte, qui n'a pas été conduite dans le respect des principes de comptabilité généralement reconnus, pas plus que le Sénat ne m'a traitée de façon juste.»

La Chambre haute a demandé à la GRC d'enquêter sur les dépenses de Pamela Wallin après que l'audit eut signalé des dépenses inappropriées d'une valeur de 121 348 $. Un comité du Sénat a par la suite déterminé que la sénatrice devait 17 621 $ de plus, portant la facture totale à 138 969 $.

Pamela Wallin avait qualifié l'audit de «fondamentalement erroné et injuste».

«Lorsque j'ai remis mes demandes de remboursement, je l'ai fait en toute bonne foi, croyant honnêtement que le remboursement était approprié. Si des erreurs ont été faites, j'en suis responsable, mais je n'ai jamais tenté délibérément de contrecarrer la politique de déplacements en place au moment où les réclamations ont été faites», a-t-elle affirmé vendredi.

«Malheureusement, le comité du Sénat a succombé à une mentalité de lynchage. Aucune importance n'a été accordée à l'équité des procédures. Je suis déçue et fâchée de la manière de laquelle ce dossier a été traité et des insinuations que j'ai agi avec malhonnêteté.»

Mme Wallin fait partie des quatre sénateurs pris au coeur d'un scandale de dépenses. La GRC enquête aussi sur les dépenses de logement des sénateurs et anciens conservateurs Mike Duffy et Patrick Brazeau, ainsi que de l'ancien libéral Mac Harb.

M. Harb a démissionné du Sénat, mais Mme Wallin affirme qu'elle n'en a pas l'intention.

«Je salue l'enquête indépendante et objective de la GRC et j'ai l'intention de coopérer pleinement à une telle enquête. Je n'ai rien fait de mal. Je ne suis coupable d'aucune mauvaise conduite», a-t-elle affirmé.

«Par conséquent, je ne démissionnerai pas de mon poste de sénatrice.»