NOUVELLES

Mayweather-Alvarez: un combat très attendu, avec le poids comme aspect important

13/09/2013 09:34 EDT | Actualisé 13/11/2013 05:12 EST

LAS VEGAS, États-Unis - À écouter l'entourage de Floyd Mayweather, Canelo Alvarez voulait tellement l'affronter qu'il a offert de perdre quelques livres pour rendre le tout officiel.

Dans le coin adverse, on dit que Mayweather voulait que le poids soit encore plus bas, à un niveau où Alvarez aurait dû se priver de manger pour l'atteindre.

«La vérité est quelque part entre les deux», a dit le promoteur Richard Schaefer.

La question du poid est toujours cruciale dans un combat, et elle retient certainement l'attention pour ce duel fort attendu, qui se tiendra samedi soir. Alvarez mettra son titre des 154 livres en jeu mais en réalité, les pugilistes auront fait osciller la balance à 152 livres, ce qui sera plus dur à respecter pour Alvarez que pour Mayweather.

«Ce sont eux qui ont dit qu'ils se battraient à un poids plus bas, a dit Leonard Ellerbe, le gérant de Mayweather. Ce n'est pas de notre faute s'il est conseillé par des idiots. Nous allons prendre tous les avantages qu'ils vont nous donner.»

Alvarez est un super-mi-moyen depuis plus de trois ans. À cinq pieds neuf il prend plus de place que Mayweather et pour ses derniers combats, il a dû perdre beaucoup de poids dans les derniers jours, pour justement respecter la limite de poids.

Pour un combat de prestige contre Mayweather, avec au moins cinq millions $ en bourse pour lui, Alvarez a dû perdre des livres pour se mesurer à un rival plus habitué à se battre à 147 livres.

«Ils voulaient 147, a dit Alvarez plus tôt cette semaine, alors qu'il avait déjà abaissé son poids à 154 livres. Je leur ai dit que c'était physiquement impossible. Ensuite ils voulaient 150 ou 151. Je voulais l'affronter alors j'ai accepté pour 152, et puis ils m'ont forcé à ne pas en parler.»

Mayweather a l'habitude de soutirer un avantage, que ce soit dans le ring, avec sa brillante capacité d'adaptation, ou en dehors, avec des entourloupettes psychologiques.

Pour lui, amener Alvarez à constamment avoir à l'esprit de respecter le poids, au fil des entraînements, pourrait être plus important que le poids réel comme tel.

«Je peux battre un gars de mille façons différentes», a dit Mayweather (44-0-0, dont 26 K.-O.), qui est favori à deux et demi contre un.

Mayweather obtiendra la plus grosse bourse jamais accordée à un boxeur soit 41,5 M $ garantis, et il pourrait empocher encore plus avec les revenus de la télé à la carte.

Alvarez (42-0-1, avec 30 K.-O.) a commencé sa carrière à 15 ans dans l'état de Jalisco au Mexique, d'où il vient. Il est un dur cogneur, qui n'a toutefois pas encore affronté de combattant comme Mayweather, et qui n'a pas encore boxé sous des réflecteurs aussi brillants qu'ils le seront samedi soir.

PLUS:pc