NOUVELLES

Les leaders inuits demandent à Marois d'écouter davantage leurs revendications

13/09/2013 07:10 EDT | Actualisé 13/11/2013 05:12 EST

La première ministre Pauline Marois a été interpellée par les leaders inuits jeudi soir, à Kuujjuaq, au Nunavik, qui lui ont notamment demandé que son gouvernement tende davantage l'oreille à leurs revendications.

Peu de temps après que Mme Marois soit arrivée dans le Nord-du-Québec pour une série d'annonces économiques, les chefs locaux lui ont rappelé que l'industrie minière se développait rapidement sur leur territoire, ce qui nécessite une collaboration plus étroite entre Québec et les peuples autochtones.

Au début d'une réception en l'honneur de la première ministre, le maire de Kuujjuaq, Tunu Napartuk, a notamment affirmé qu'il était temps de « rouvrir les lignes de communication » entre les administrations locales et le gouvernement provincial.

Des consultations qui ont commencé à l'hiver au sein des communautés autochtones du territoire ont repris et devraient mener à des recommandations, a souligné Jobie Tukkiapik, le président de la Société Makivik, qui représente quelque 10 000 des Inuits répartis sur ce territoire d'environ 560 000 kilomètres carrés.

« Les citoyens de la province vont pouvoir savoir ce que nous pensons du processus " Nord pour tous " (du gouvernement Marois), a-t-il dit. Je suis optimiste que Québec sera ouvert à notre vision, qui préserve l'environnement et notre culture. »

De son côté, la présidente de la MRC de l'Administration régionale Kativik, Maggie Emudluk, a fait état à la première ministre des problèmes que vivent quotidiennement les Autochtones de la région.

« Le coût de la vie augmente et il faut de l'argent pour les infrastructures municipales, a-t-elle noté. On a besoin davantage de ressources, surtout pour nos enfants, ainsi que nos aînés. J'espère que nous aurons de vos nouvelles d'ici décembre. »

La première ministre a reconnu que les peuples autochtones des régions éloignées vivaient dans une « situation difficile » qu'il fallait changer.

Faisant allusion aux problèmes de décrochage et de toxicomanie dans plusieurs communautés autochtones, Mme Marois a soulevé d'autres enjeux importants, sans toutefois identifier des moyens concrets pour les régler.

« Le logement en est un, le coût de la vie, la gestion des infrastructures en sont aussi », a énuméré la chef péquiste.

« Ce n'est pas la première fois que je viens ici, a-t-elle rappelé. J'ai visité (le Nord-du-Québec) en tant que chef de l'opposition, ministre de l'Éducation (...); chaque fois, j'ai essayé de trouver des solutions. »

Mme Marois n'a pas manqué de rappeler aux personnes présentes dans la salle qu'il faudra également impliquer le gouvernement fédéral afin de mettre fin aux problèmes qui touchent les communautés autochtones.

Puisqu'il s'agissait de la première visite dans le Nord-du-Québec de Mme Marois à titre de première ministre, les leaders inuits lui ont aussi rappelé qu'ils s'attendent à ce que le gouvernement péquiste continue de respecter l'esprit de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, signée en 1975, ainsi que l'Accord sur les revendications territoriales des Inuits du Nunavik, entré en vigueur en 2008.

Vendredi, la première ministre visitera divers endroits au Nunavik afin de procéder à des annonces en matière d'infrastructures, de développement social et de télécommunications.

Elle s'arrêtera notamment au village de George River, en plus d'inaugurer le parc national Kuururjuaq, pour une annonce liée au tourisme.

Mme Marois est accompagnée du ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, de son collègue aux Affaires intergouvernementales canadiennes, Alexandre Cloutier, et du député d'Ungava Luc Ferland.


PLUS:rc