NOUVELLES

Il y a cinq ans, la faillite de Lehman Brothers

13/09/2013 06:04 EDT | Actualisé 13/11/2013 05:12 EST

Cinq ans après la faillite de la banque d'investissements Lehman Brothers, Robert Pouliot, associé principal chez Rating Capital Partners et expert du risque, affirme que le pire a été évité et qu'on aurait pu tout perdre, mais qu'une autre crise économique du genre est toujours possible.

En entrevue avec le journaliste Gérald Fillion à l'émission RDI Économie, M. Pouliot explique d'abord que beaucoup de banques américaines en difficulté ont fusionné, créant des entités mieux capitalisées, mais plus grosses, ce qui fait augmenter le risque que la faillite d'une banque en entraîne une autre.

Robert Pouliot explique également qu'en raison de ces risques accrus, on demande maintenant aux banques de détenir un montant de garantie plus élevé qu'auparavant. M. Pouliot ne semble cependant pas certain que cela soit suffisant pour protéger le système.

« Il y en a qui disent que ça ne suffit pas, pas en terme de montant, mais plus on va imposer des fonds propres élevés aux banques, plus les banques seront tentées de prendre plus de risques pour compenser les coûts que représentent ces capitaux additionnels dans [leurs] coffres, et qui ne travaillent pas autant qu'ils devraient », dit-il.

Selon lui, quatre sources potentielles pourraient générer une crise économique :

  • Un problème ou une erreur dus à la technologie, qui est devenue omniprésente en finances;
  • Les marchés émergents, qui plongent à l'heure actuelle;
  • Des institutions devenues tellement complexes qu'on n'y voit plus clair;
  • La croissance phénoménale des fonds négociés en bourse ces dernières années, ce qui fait qu'on s'y perd.

« Donc, il y a des mouvements que les régulateurs ont peine à suivre et la réforme réglementaire n'a pas été complétée », conclut-il.

PLUS:rc