NOUVELLES

Entrevue : les artisans racontent&nbsp;<em>Gabrielle</em>

13/09/2013 11:01 EDT | Actualisé 13/11/2013 05:12 EST

Trois artisans du film Gabrielle, la réalisatrice Louise Archambault et les comédiens Gabrielle Marion-Rivard et Alexandre Landry, parlent de l'expérience du tournage du long-métrage qui met en scène une jeune femme vivant avec le syndrome de Williams.

Le film Gabrielle raconte l'histoire d'une jeune femme, douée pour la musique, qui veut vivre son histoire d'amour avec un garçon aussi atteint d'un handicap. Elle sera confrontée aux obstacles qu'opposent notamment ses proches.

Depuis sa présentation, le film reçoit de multiples commentaires élogieux. Gabrielle a remporté le Prix du public au Festival international du film de Locarno, en Suisse.

La réalisatrice Louise Archambault, qui a écrit le scénario du film, est heureuse de l'accueil reçu jusqu'à présent.

Elle souligne que la préparation du film et le tournage, qui s'est déroulé sur 28 jours, ont fait vivre aux artisans des moments inspirants.

« Pendant le tournage, on vivait des moments très grands. J'ai travaillé avec des acteurs professionnels et des acteurs non professionnels, qui ont aussi un handicap que ce soit intellectuel, autiste, trisomique, mais des gens en même temps tellement doués et il y avait vraiment une chimie qui s'est opérée, un respect et une ouverture, tout le monde a appris de tout le monde », dit-elle.

Une des beautés du film repose sur le travail des acteurs, notamment celui de Gabrielle Marion-Rivard, une jeune femme qui vit avec le syndrome de Williams et dont c'était la première expérience d'actrice.

La jeune femme dit avoir adoré son expérience et vécu des moments mémorables dans l'interprétation d'un personnage qui, somme toute, lui ressemble. « Ça me ressemble beaucoup parce que Gabrielle dans l'histoire, elle veut vivre son autonomie, elle veut montrer qui elle est et à quel point elle se chauffe . [...] Ça me ressemble beaucoup parce que Gabrielle est une fille de bonne humeur, joyeuse, authentique et elle veut montrer qu'elle est amoureuse de Martin et qu'elle est comme les autres », résume Gabrielle Marion-Rivard.

Le comédien Alexandre Landry, qui interprète un handicapé atteint du syndrome de Williams, raconte que le contact avec les membres de la chorale Les Muses et avec Gabrielle, notamment, s'est fait avec beaucoup de naturel.

« Gabrielle et moi, on est devenus très proches parce qu'en amont, on a fait beaucoup de travail avec Louise, on s'est rencontrés, j'ai participé aux Muses, j'ai participé à toutes leurs activités théâtrales, à leurs chants [...] et à cause de ce travail-là en amont, sur le moment du tournage c'était plus facile de rentrer en contact et avec Gabrielle et les autres personnes qui participaient au film, et elles m'ont accueilli, c'était moi l'intrus dans ce cas là », relate-t-il.

Le film pourra-t-il aider à changer le regard qu'on porte sur la différence ? « Je n'ai pas la prétention de dire la vérité, c'est vraiment cette histoire, avec ces personnages-là et ce n'est pas moralisateur, mais c'est vrai qu'au fin fond de moi avec tout ce que j'ai eu comme inspiration, j'ai envie d'une ouverture sur la différence, parce qu'on est tous différents, tous différents ou tous pareils », soutient la réalisatrice.

Le film Gabrielle sort en salles au Québec le 20 septembre.

PLUS:rc