NOUVELLES

Pyongyang violerait ses engagements en redémarrant son réacteur, selon les É-U

12/09/2013 03:06 EDT | Actualisé 12/11/2013 05:12 EST

TOKYO - L'envoyé spécial des États-Unis pour la Corée du Nord, Glyn Davies, a déclaré jeudi que toute tentative de la part de Pyongyang pour redémarrer un réacteur nucléaire constituerait une violation de ses engagements et des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

Un institut américain avait révélé mercredi qu'une image récemment captée par un satellite semblait montrer que le régime nord-coréen avait remis en marche un réacteur au plutonium à la centrale nucléaire de Nyongbyon, qui avait été fermée en 2007 en vertu d'une entente de désarmement signée par six pays.

À la suite d'une rencontre avec son homologue japonais, Junichi Ihara, M. Davies a affirmé jeudi devant des journalistes à Tokyo que si la nouvelle s'avérait vraie, cette décision irait à l'encontre des engagements pris par Pyongyang et d'une série de résolutions adoptées par le Conseil de sécurité. Il a précisé que Washington prenait cette affaire très au sérieux.

La Corée du Nord avait menacé en avril de redémarrer le réacteur, mais elle a depuis adouci sa rhétorique belliqueuse et intensifié ses relations diplomatiques avec sa voisine et rivale, la Corée du Sud.

Selon l'Institut sur les États-Unis et la Corée de l'École d'études internationales avancées Johns Hopkins, une photo prise par un satellite le 31 août montre un nuage de fumée s'échapper d'un bâtiment situé près du réacteur nord-coréen et semble indiquer que ce dernier a été remis en service.

La Corée du Sud n'a toujours pas réagi à la nouvelle. Son service de renseignement a précisé qu'il ne pouvait pas la confirmer ou l'infirmer parce que de l'information confidentielle était en jeu.

Plus tôt cette semaine, Glyn Davies s'était également rendu en Chine pour discuter du programme nucléaire de Pyongyang. Pékin a lancé un appel jeudi pour une action concertée visant le désarmement nucléaire de la péninsule coréenne.

PLUS:pc