NOUVELLES

Des entreprises d'économie sociale veulent développer plus d'affaires à Montréal

12/09/2013 01:03 EDT | Actualisé 12/11/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Faisant un pied-de-nez à la corruption, 27 entreprises d'économie sociale participent à un projet pilote auprès de six institutions publiques montréalaises dans le but de leur offrir des services conçus selon une vision différente de l'entrepreneuriat.

Cette campagne vise à inciter les organismes publics et municipaux à s'approvisionner davantage auprès des entreprises collectives. Les premières institutions participantes sont la Ville de Montréal, la Commission scolaire de Montréal, l'Office municipal d'habitation, le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) et le Collège Ahuntsic.

Le Comité d'économie sociale de l'île de Montréal (CÉSÎM) se donne un an pour développer des relations d'affaires en espérant que ces efforts feront du chemin et déboucheront sur plus de retombées pour leur secteur.

Édith Cyr, présidente du CÉSÎM, soutient que les entreprises d'économie sociale ont déjà fait leurs preuves et ont réussi à se bâtir une crédibilité et des assises solides.

À Montréal, plus de 60 000 personnes s'y impliquent, la moyenne d'âge des entreprises est de 19 ans et elles génèrent annuellement des revenus de 2 milliards $.

La présidente souligne que l'entrepreneuriat social se distingue également dans sa mission et sa finalité puisque les profits ne sont pas un objectif.

«C'est choisir de faire affaire avec une entreprise où il n'y a pas de profits. Les bénéfices sont redistribués pour la mission de l'entreprise, la communauté ou ses membres. Ton argent, au fond, sert à l'ensemble de la communauté», indique Mme Cyr.

PLUS:pc