DIVERTISSEMENT

Quartiers Danses fera swinguer Montréal pendant 10 jours!

11/09/2013 05:00 EDT | Actualisé 11/11/2013 05:12 EST
Courtoisie

Du 11 au 21 septembre, la danse contemporaine prendra possession de la métropole, alors que 53 œuvres seront présentées dans huit quartiers de Montréal, dans le cadre du festival Quartiers Danses. Parmi les 37 chorégraphes qui prendront part à l'événement, 21 sont déjà bien établis, 11 font partie de la relève et cinq viennent de l'étranger.

Tout au long de la dizaine, artistes établis et émergents tenteront de séduire le public à la place des Festivals, aux promenades Ontario et Wellington, sur le parvis de l'église Sainte-Cécile, à l'Esplanade Financière Sun Life du Parc olympique, à la sortie du métro Saint-Michel, au Monument-National, au cinéma Beaubien et au Musée des beaux-arts de Montréal avec une série de spectacles, d'expositions, de courts métrages, d'ateliers et de rencontres. En semaine ou le week-end, le matin, à l'heure du lunch ou pendant le 5 à 7, les danseurs prendront possession d'espaces aussi traditionnels qu'inusités pour faire découvrir de nouvelles facettes de leur art aux Montréalais.

Au programme, notons la présence de Margie Gillis, qui alliera son talent à celui de Tedd Robinson et du pianiste Jean Desmarais afin de recréer l'atmosphère des salons artistiques du début du XXe siècle. Le public aura droit à la première nord-américaine de 50 ACTS, une pièce de Wendy Houston considérée comme l'un des trois meilleurs spectacles de danse présentés à Londres en 2012.

Les spectateurs pourront aussi découvrir la version revisitée de When they fall de Tantacle Tribe, des prestations de Dance Theater Chang et La Intrusa, venus tout droit de Séoul et de Barcelone, la danse percussive d'Olivier Arseneault, Chez Soi/The Home Project d'Isabel Mohn, ainsi que des soirées Soli mettant à l'affiche Marc Béland, Paul-André Fortier, Tony Chong, Dulcinée Langfelder, Jane Mappin et Carol Prieur.

Mentionnons également les soirées Hybridité et émergence, qui laisseront la place à 11 jeunes chorégraphes prometteurs, dont Philippe Meunier, Benjamin Landsberg et Catherine Lafleur.