NOUVELLES

Moins de Canadiens vivent d'une paie à l'autre, selon un sondage de l'ACP

11/09/2013 02:25 EDT | Actualisé 11/11/2013 05:12 EST

TORONTO - Un nouveau sondage de l'Association canadienne de la paie (ACP) démontre que moins de Canadiens vivent d'une paie à l'autre, comparativement à l'an dernier.

Parmi les employés consultés, 42 pour cent ont affirmé qu'ils éprouveraient des difficultés financières si leur paie était retardée d'à peine une semaine, en baisse par rapport aux 47 pour cent de l'an dernier.

À 24 pour cent, le Québec affiche le pourcentage le plus bas d'employés vivant d'une paie à l'autre parmi les provinces ou régions, contre 33 pour cent en 2012.

Néanmoins, l'ACP estime que la situation financière de nombreux employés canadiens demeure «préoccupante».

Selon le sondage, dont les résultats ont été rendus publics mercredi, 40 pour cent des employés canadiens dépensent la totalité de leur paie nette ou davantage.

En outre, près de la moitié — 45 pour cent — des répondants économisent à peine cinq pour cent de leur paie ou moins.

Par ailleurs, 47 pour cent des employés qui se rapprochent de la retraite ont amassé moins du quart de leur objectif de retraite — un pourcentage jugé «inquiétant» par l'ACP.

«Il existe un écart considérable entre les sommes que les gens disent avoir besoin pour leur retraite et ce qu'ils épargnent réellement», a constaté l'ACP.

Quelque 2863 employés de partout au Canada ont rempli le sondage en ligne entre le 26 juillet et le 16 août. L'Association de la recherche et de l'intelligence marketing (ARIM), association sans but lucratif qui représente tous les aspects de l'industrie du sondage, estime que les enquêtes en ligne ne peuvent présenter une marge d'erreur définitive en raison de leur méthode d'échantillonnage non aléatoire.

L'ACP représente les professionnels de la paie, qui s'assurent du paiement exact et à temps des salaires et avantages sociaux.

PLUS:pc