NOUVELLES

Les recherches des décombres d'Elliot Lake se sont-elles terminées trop tôt?

11/09/2013 08:11 EDT | Actualisé 11/11/2013 05:12 EST

ELLIOT LAKE, Ont. - Le chef de l'équipe d'urgence qui a réagi à l'effondrement d'un centre commercial l'an dernier a avoué, mercredi, qu'il avait ordonné d'arrêter les fouilles sans chercher d'options pour continuer.

L'inspecteur d'état-major de la police de Toronto, Bill Neadles, a témoigné avoir pris cette décision de peur que les fouilles pour secourir les deux victimes soient devenues trop dangereuses. Cette décision a été prise quelques heures seulement après que des signes de vies eurent été détectés dans les décombres, ce qui avait provoqué la colère de la collectivité.

Dans une discussion qui a duré quelques minutes, deux jours après qu'un stationnement suspendu eut cédé et tué deux femmes, le chef des opérations de secours a affirmé à M. Neadles que l'effondrement d'une plus grande partie du centre commercial Algo Centre Mall était imminent.

Les recommandations qui ont alors été faites à l'inspecteur ont été de retirer tous son effectif du bâtiment, a-t-il témoigné.

L'équipe a été rappelée, mais M. Neadles a «franchi une étape de plus» en affirmant qu'elle ne reprendrait pas les recherches.

La décision de mettre un terme aux recherches est survenue après que M. Neadles eut déclaré publiquement qu'un «détecteur de vie» avait capté une respiration dans les décombres accessibles, plus tôt dans la journée. Il n'avait pas spécifié alors que cette découverte n'était pas fiable.

Le centre commercial d'Elliot Lake s'est effondré le 23 juin 2012, tuant Doloris Perizzolo, 74 ans, et Lucie Aylwin, 37 ans. Leurs corps ont été retrouvés quatre jours plus tard.

Le coroner a témoigné que les deux femmes sont mortes rapidement, mais l'enquête a appris, mercredi, que la police avait entendu des coups dans les décombres environ 20 heures après que le stationnement eut cédé.

PLUS:pc