NOUVELLES

Les Mets disputeront 2 matchs de la Ligue des pamplemousses aux Jays à Montréal

11/09/2013 12:39 EDT | Actualisé 10/11/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Le Baseball majeur sera de retour à Montréal après près de 10 ans d'absence. Les Blue Jays de Toronto ont confirmé mardi la venue des Mets de New York, les 28 et 29 mars prochain, pour y disputer deux matchs de la Ligue des pamplemousses au Stade olympique.

Le dernier match des Expos à Montréal remonte au 29 septembre 2004, lorsqu'ils avaient accueilli les Marlins de la Floride.

Les Jays et les Mets disputeront alors leurs derniers matchs préparatoires, ce qui signifie que ce seront les formations régulières des deux clubs que les spectateurs pourront voir. Le directeur général des Jays, le Montréalais Alex Anthopoulos, prévoit d'ailleurs compter sur un formation de 32 à 35 joueurs pour ces deux matchs.

Le président et chef de la direction des Blue Jays, Paul Beeston, caresse ce projet depuis longtemps. Dans une entrevue accordée à La Presse Canadienne en avril 2011, il avait dit souhaiter disputer des matchs à Montréal.

Et il y tenait: son club devra retourner immédiatement après le match du 29 en Floride, où il amorcera sa saison avec une série de quatre matchs contre les Rays de Tampa Bay, le 31 mars. Il a ajouté que le Baseball majeur a d'emblée accepté le projet et n'a pas été difficile à convaincre.

«Tout le monde au Baseball majeur est emballé par ce projet, a-t-il dit. Tout le monde trouve qu'il s'agit d'une superbe opportunité pour le baseball. Je crois que c'est fantastique pour le baseball au Canada, que c'est très excitant.»

C'est le groupe evenko, la branche divertissement du Canadien de Montréal, qui a approché l'organisation torontoise il y a environ deux ans pour l'attirer à Montréal. Déjà commis pour disputer des matchs à Philadelphie, les Jays avaient alors dû reporter le projet à plus tard. Mais evenko est revenu à la charge et l'équipe torontoise souhaite maintenant faire un succès de cet événement, qu'elle aimerait répéter de façon annuelle.

«On espère que ce sera un succès instantané, mais si ça ne fonctionne pas, ce ne sera pas en raison d'un manque d'effort de la part d'evenko, ou d'un manque d'engagement de notre part», a insisté Beeston.

Il a par contre pris soin de préciser qu'il ne s'agit pas nécessairement d'un pas vers le retour du Baseball majeur à Montréal, mais bien d'un événement pour faire la promotion du baseball.

«De notre point de vue, c'est de propager la religion qu'est le baseball. Pas les Blue Jays, le baseball. C'est une occasion de faire découvrir le sport. À chaque occasion que vous avez de mettre les meilleurs joueurs au monde sur un terrain, c'est une occasion de faire découvrir le sport. C'est ça l'objectif en ce qui nous concerne.

«Maintenant, est-ce réaliste de penser que le baseball majeur revienne un jour à Montréal? Absolument, je crois que c'est réaliste. Montréal n'est pas l'une des grandes villes du Canada ou d'Amérique du Nord. Montréal est l'une des grandes villes du monde, point. Quand ce sera le bon moment, je n'ai pas de difficulté à voir le baseball revenir.

«Dans tous les sports, des équipes ont quitté des villes et y sont retournées. Oui, ça prendra la bonne conjoncture: le bon propriétaire, le bon stade, l'argent, etc. Mais à un moment donné, oui.»

Il fallait également trouver une équipe disponible et prête à faire le voyage à Montréal pour disputer ces deux rencontres. Beeston s'est dit heureux que les Mets l'aient fait, ajoutant qu'ils apporteront le style de jeu propre à la Ligue nationale à cet événement.

Les Mets sont d'ailleurs intimement liés à l'histoire du baseball à Montréal: les Expos avaient disputé le premier et dernier match de leur histoire contre les Mets, au Shea Stadium, le 8 avril 1969 et le 3 octobre 2004, respectivement.

Investissements de la RIO

Afin de rendre le Stade olympique conforme, le bureau du commissaire du Baseball majeur a dépêché une équipe technique sur place afin de dresser la liste des améliorations à apporter à l'ancien domicile des Expos.

La Régie des installations olympiques devra notamment se doter d'une nouvelle surface synthétique, celle sur laquelle ont évolué les Expos n'existant plus. Elle devra de plus rendre conforme aux normes actuelles du Baseball majeur la clôture du champ extérieur, refaire une piste d'avertissement, se doter de filets de démarcation pour les fausses balles, refaire les abris, et ajouter de nouveaux équipements pour les entraînements au bâton et les enclos des releveurs.

Le projet profitera également au baseball amateur. En partenariat avec Baseball Québec, des cliniques de baseball seront mises sur pied sur la surface du Stade olympique et la fédération provinciale participera à la vente des billets par le truchement de ses associations régionales.

Les billets, aux coûts de 15 à 80 $, seront en vente dès samedi prochain. L'objectif d'evenko et des Jays est d'attirer de 30 000 à 40 000 spectateurs pour chacune de ces rencontres.

La toile, pas un problème

Malgré son mauvais état généralisé constaté cet été, la toile du Stade olympique ne représente pas un problème pour evenko, qui ne craint pas les caprices de Dame Nature.

«On parle d'un événement à la fin mars, a dit Jacques Aubé, vice-président exécutif et directeur général. Il y a un bon protocole en place. Le taux de réussite est bon et je pense que ça va bien aller.»

Si la toile n'a pas empêché l'Impact de Montréal, de la MLS, de disputer huit rencontres en deux ans au Stade olympique, le protocole mis de l'avant par la Régie du bâtiment du Québec est on ne peut plus clair: si, à 24 heures de la tenue d'un événement sur la surface de jeu, les prévisions météorologiques parlent de précipitations de neige ou de verglas, l'événement doit être annulé.

«Ils ont des façons de chauffer le toit, a dit Aubé. Je ne pense pas qu'on doive semer la panique chez les gens avec ça.»

PLUS:pc