NOUVELLES

Un hélicoptère de la Garde côtière s'est écrasé dans l'Arctique: trois morts

10/09/2013 11:40 EDT | Actualisé 10/11/2013 05:12 EST

Un vol de reconnaissance des glaces dans l'Arctique s'est avéré fatal pour deux Québécois membres de la Garde côtière canadienne et un chercheur de l'université du Manitoba.

L'hélicoptère à bord duquel les trois hommes prenaient place s'est abîmé en mer lundi soir vers 20 heures au large de l'île Banks, à environ 670 kilomètres à l'ouest de Resolute Bay.

Les victimes sont le commandant Marc Thibault, le pilote Daniel Dubé et le chercheur Klaus Hochheim, scientifique spécialisé dans l'Arctique affilié à l'université du Manitoba.

«C'est une perte énorme. Malheureusement, l'exploration scientifique de l'Arctique canadien et de l'Arctique en général est ponctuée d'événements de ce type-là», a déclaré mardi Louis Fortier, directeur scientifique d'ArcticNet, lors d'une conférence de presse à Québec.

L'appareil de type Messerschmitt BO-105 était rattaché au brise-glace NGCC Amundsen.

Le navire basé à Québec avait levé l'ancre le 26 juillet pour se rendre dans le Grand Nord afin de réaliser des études sur les effets des changements climatiques sur l'écosystème marin arctique.

«L'équipage avait changé il y a quatre ou cinq jours à bord du Amundsen, alors c'était un équipage tout frais. Lorsqu'ils ont commencé à se pencher sur les données scientifiques, il a été décidé qu'un vol de reconnaissance des glaces était nécessaire pour se familiariser avec l'environnement», a expliqué Mario Pelletier, commissaire adjoint de la Garde côtière de la région du Centre et de l'Arctique.

«C'est exactement ce qui s'est produit. Puis nous avons perdu le contact, et le navire s'est dirigé directement vers la dernière localisation connue de l'hélicoptère», a-t-il poursuivi.

Ce sont ainsi les membres de l'équipage du NGCC Amundsen qui sont arrivés les premiers sur les lieux du drame. Ils ont retrouvé les trois hommes à l'eau.

«Il n'y a pas eu d'appel de détresse. L'hélicoptère est muni d'un système de localisation qui transmet des signaux sur une base régulière», a précisé M. Pelletier.

La Garde côtière n'a pu préciser la distance qui séparait le vaisseau et l'hélicoptère, qui s'était envolé sous des cieux cléments, ni l'état dans lequel se trouvaient les victimes au moment où le navire est arrivé sur les lieux du drame.

«On ne peut dire à comment et quand ils sont morts. Le coroner pourra tirer ses conclusions», s'est contenté de déclarer le commissaire adjoint.

Les dépouilles des hommes ont été rapatriées à bord du Amundsen, qui se dirige actuellement vers Resolute Bay. L'arrivée du navire est prévue pour mercredi.

À partir de ce moment, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sera en charge de l'enquête.

Une équipe du Bureau de la sécurité des transports (BST) a été dépêchée sur les lieux afin d'élucider les circonstances de l'accident.

La Garde côtière a offert son entière collaboration aux autorités et transmis ses sympathies aux familles et aux proches des trois victimes de l'écrasement.

«La Garde côtière est profondément attristée par cette tragédie. Nos plus sincères condoléances vont aux familles de nos collègues, que nous considérions en fait comme des amis», a affirmé Mario Pelletier.

Le premier ministre Stephen Harper a pour sa part réagi à la nouvelle par voie de communiqué.

«Cette tragédie est pour nous un triste rappel des réels dangers auxquels font face de façon régulière les personnes courageuses qui mènent des activités de recherche et de surveillance dans l'Arctique — l'un des climats les plus rigoureux et les plus impitoyables du monde — pour nous permettre de mieux comprendre et protéger le Nord canadien», a-t-il déclaré.

Le NGCC Amundsen est l'un des rares navires de la Garde côtière canadienne à avoir une double vocation. Pendant la saison estivale, il est affrété par un consortium scientifique, tandis qu'en hiver, il est assigné au service de déglaçage de la Garde côtière.

PLUS:pc