NOUVELLES

Bell en faveur d'une concurrence accrue au sein du secteur du sans-fil

10/09/2013 01:42 EDT | Actualisé 10/11/2013 05:12 EST

TORONTO - Les restrictions sur les investissements étrangers devraient être levées dans le cas des grandes entreprises de télécommunications afin de laisser le marché décider du nombre de fournisseurs de services sans fil que le Canada peut soutenir, a estimé le président et chef de la direction de Bell (TSX:BCE), George Cope.

Dans le cadre de la conférence annuelle sur les médias et les télécommunications présentée par BMO, à Toronto, M. Cope a indiqué qu'il n'y avait aucune raison de craindre l'arrivée de concurrents, se disant même en faveur d'une telle chose.

En vertu des règles fédérales en place, les gros joueurs du secteur canadien du sans-fil comme Bell, Telus (TSX:T) et Rogers (TSX:RCI.B) ne peuvent pas appartenir à des intérêts étrangers dans une proportion de plus de 33 pour cent. Il n'existe cependant aucune limite en ce qui a trait aux petites entreprises comptant une part de marché inférieure à 10 pour cent.

Bell, Telus et Rogers ont affirmé à maintes reprises que les restrictions sur les investissements étrangers devraient être levées pour les entreprises canadiennes de télécommunications afin qu'elles puissent avoir accès à davantage de capitaux.

PLUS:pc