NOUVELLES

SNC-Lavalin cherche à corriger les problèmes qui ont terni sa réputation

09/09/2013 04:09 EDT | Actualisé 08/11/2013 05:12 EST

Le responsable de la déontologie chez SNC-Lavalin a affirmé lors d'une conférence ayant pour thème la fraude, lundi, que le géant de l'ingénierie cherchait à corriger les problèmes qui ont terni sa réputation au cours des 18 derniers mois.

Andreas Pohlmann a indiqué que la société montréalaise faisait face à la « crise » en apportant un certain nombre de modifications afin de s'assurer que ses employés soient irréprochables.

Le défi pour SNC-Lavalin, a dit M. Pohlmann, est de changer la mentalité des employés qui travaillent dans des pays où les pots-de-vin sont chose courante pour le milieu des affaires.

M. Pohlmann, ancien responsable de la déontologie chez Siemens, a été embauché le printemps dernier afin de modifier la culture d'entreprise chez SNC-Lavalin.

L'objectif visé est de s'assurer que la firme ne viole pas la loi lorsqu'elle cherche à obtenir un contrat, même dans les pays aux pratiques douteuses.

SNC-Lavalin a créé le poste de M. Pohlmann près d'un an après la tenue d'une enquête interne ayant permis de mettre au jour des paiements suspects d'une valeur totale de 56 millions de dollars.

La découverte a mené à la démission de l'ex-président et chef de la direction Pierre Duhaime, qui a été accusé, à l'instar de l'ancien vice-président Riadh Ben Aïssa, de fraude en ce qui a trait à une somme de 22,5 millions de dollars qui aurait été utilisée pour obtenir le contrat du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

La Presse Canadienne

PLUS:rc