NOUVELLES

Énergie: le ministre Joe Oliver a rencontré le secrétaire américain à l'Énergie

09/09/2013 07:22 EDT | Actualisé 09/11/2013 05:12 EST

OTTAWA - Le ministre canadien des Ressources naturelles, Joe Oliver, soutient que le Canada tient à collaborer avec les États-Unis pour déterminer des cibles environnementales nord-américaines pour l'extraction de pétrole provenant des sables bitumineux, la fracturation hydraulique et les autres sources non-conventionnelles de gaz et de pétrole.

Le politicien a présenté sa position, lundi, à Washington alors qu'il sortait d'une rencontre avec le secrétaire américain à l'Énergie, Ernest Moniz.

L'idée de coordonner les objectifs de réduction de gaz à effet de serre des deux pays n'a rien de nouveau. Par contre, M. Oliver estime qu'il est temps de la pousser plus loin.

La visite de Joe Oliver intervenait alors que des informations continuent de circuler voulant que le premier ministre canadien ait écrit directement au président des États-Unis à la fin août à ce sujet.

Stephen Harper se serait alors engagé à se plier aux cibles proposées par Washington pour réduire les gaz à effet de serre et à oeuvrer de concert avec Barack Obama afin d'obtenir les garanties nécessaires pour que le projet Keystone XL puisse aller de l'avant.

De son côté, Joe Oliver a dit qu'il a de nouveau fait la promotion de cet oléoduc qui permettrait de transporter du pétrole provenant des sables bitumineux albertains vers les États-Unis.

Cependant, il soutient qu'il n'a pas établi de lien direct entre l'approbation du projet par Washington et la réglementation relative aux industries du gaz et du pétrole.

Cette réglementation fait l'objet d'interminables pourparlers entre Ottawa, le gouvernement albertain et des représentants de ces deux secteurs sans qu'une politique n'ait pu être adoptée.

Une source albertaine proche du dossier a indiqué que l'ajout d'un interlocuteur américain à la table des négociations équivaudrait à inviter «un chat à se joindre aux pigeons».

PLUS:pc