NOUVELLES

Mairie de Moscou: l'opposant Alexeï Navalny demande un dépouillement judiciaire

09/09/2013 06:13 EDT | Actualisé 09/11/2013 05:12 EST

MOSCOU - Un leader de l'opposition russe a réclamé lundi un dépouillement judiciaire dans la foulée de l'élection pour la mairie de Moscou, après que les résultats officiels eurent démontré que le maire sortant avait échappé de justesse à un second tour.

Un important groupe démocratique russe a lui aussi remis en question la validité du résultat.

La commission électorale de Moscou a indiqué lundi que Sergeï Sobyanine, l'ancien chef de cabinet du Kremlin, avait été élu avec 51 pour cent des voix, contre 27 pour cent pour Alexeï Navalny, ce qui représente une performance solide pour un candidat de l'opposition.

Si M. Sobyanine avait obtenu moins de 50 pour cent des votes, il aurait dû affronter lors d'un second tour le charismatique avocat de 37 ans, qui s'est fait connaître pour sa lutte contre la corruption en Russie.

«Nous ne reconnaissons pas ces élections», a lancé M. Nalvany aux journalistes lundi. «Sobyanine ne peut considérer qu'il est le maire de tous les Moscovites, il ne peut considérer qu'il a été élu maire légitimement, à moins qu'il accepte nos demandes et permette un dépouillement.»

Le directeur de la campagne électorale de M. Nalvany, Leonid Volkov, a indiqué qu'ils contestaient principalement les votes exprimés à domicile, dont le total penche étrangement en faveur de M. Sobyanine. Ces votes sont exprimés par des gens trop malades pour se rendre au bureau de scrutin.

M. Sobyanine, qui a été nommé maire de Moscou en 2010, a déclaré aux médias russes que l'élection avait été juste et libre.

Des partisans frustrés de M. Navalny se préparaient à organiser des manifestations lundi soir, mais M. Navalny a indiqué qu'il ne souhaitait pas semer la discorde à Moscou. Il a toutefois promis de participer à des actes de désobéissance civile si M. Sobyanine refuse d'accepter un dépouillement judiciaire.

«Nos demandes sont justifiées, nous n'avons pas l'intention de créer des problèmes simplement pour le plaisir», a-t-il dit.

La principale organisation indépendante russe d'observation des élections, Golos, a affirmé que le déroulement du vote de dimanche semblait avoir été correct, mais a néanmoins fait état de problèmes qui auraient pu faire pencher la balance en faveur d'un candidat.

Le directeur exécutif de Golos, Grigori Melkonyants, a déclaré lundi que les observations de son groupe montrent que le résultat réel de M. Sobyanine est inférieur au résultat annoncé par la commission électorale. Golos affirme que le maire sortant a obtenu 49,5 pour cent des voix, ce qui aurait dû exiger la tenue d'un second tour dans deux semaines.

«Nous avons les résultats de 2000 bureaux de vote et il est clair qu'il devrait y avoir un deuxième tour», a dit M. Melkonyants. «Et pourtant, là où il n'y avait pas d'observateurs, le résultat est différent et modifie l'issue générale. Tous ont des doutes. Ce n'est clairement pas une victoire convaincante.»

En juillet, M. Navalny a été condamné à cinq ans de prison pour un cas de détournement de fonds, que ses partisans et lui affirment être une punition pour avoir dénoncé la corruption à grande échelle en Russie. Il a quitté la salle d'audience menotté, mais le lendemain, les procureurs ont créé la surprise générale en réclamant qui soit libéré jusqu'à ce que la cause soit portée en appel.

PLUS:pc