NOUVELLES

Les Norvégiens auraient choisi d'être menés par une femme

09/09/2013 07:39 EDT | Actualisé 09/11/2013 05:12 EST

OSLO - Selon un décompte partiel des voix, une coalition du centre droit menée par le Parti conservateur prendrait le pouvoir en Norvège pour la première fois depuis 2005.

D'après les prévisions de Statistiques Norvège, qui reposent sur une compilation du quart des votes, la chef conservatrice Erna Solberg deviendrait la nouvelle première ministre succédant à Jens Stoltenberg du Parti travailliste.

La formation de Mme Solberg aurait obtenu un peu plus de 26 pour cent des appuis populaires.

Sa coalition, qui comprend le Parti du progrès, le Parti libéral et les chrétiens démocrates, cumulerait près de 53 pour cent des suffrages.

Quant au Parti travailliste, il est prévu qu'il demeure la formation ayant récolté le plus fort soutien individuel avec environ 31 pour cent des voix.

Cependant, sa coalition, qui regroupe aussi le Parti socialiste et le Parti du centre, aurait vu ses appuis fondre pour atteindre un résultat global de 42 pour cent.

Un observateur de la scène politique estime que Jens Stoltenberg a dû se débattre passablement pour tenter d'être réélu car il est en quelque sorte victime de l'usure du pouvoir.

Le professeur de l'Université de Bergen, Frank Aarebrot, raconte que sa coalition mène le pays depuis huit ans et que dans ces conditions, bien des électeurs ont envie d'un changement de garde.

Il s'agissait des premières élections norvégiennes depuis qu'Anders Behring Breivik a abattu 77 personnes en 2011.

Plus de 30 survivants, qui étaient majoritairement des membres de l'aile jeunesse du Parti travailliste au moment du massacre, ont choisi de poser leur candidature dans le cadre de ce scrutin.

PLUS:pc