NOUVELLES

Thrower toujours en attente

08/09/2013 03:43 EDT | Actualisé 07/11/2013 05:12 EST

La banque de jeunes défenseurs chez le Canadien fait peut-être des heureux parmi les membres de direction, elle a des conséquences plus fâcheuses à d'autres niveaux.

Dalton Thrower fait partie des victimes de ce surplus. C'est notamment pourquoi le choix de 2e tour du Tricolore en 2012 (51e au total) se retrouve toujours sans contrat. Si rien ne change, il retournera donc dans les rangs juniors en tant que joueur de 20 ans.

« C'est lui qui va prendre la décision pour nous. Le camp est jeune, on va prendre une décision », a simplement répondu le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, dimanche, à Brossard, après un match intra-équipe entre les espoirs de l'équipe.

Un des obstacles sur la route de Thrower vient du simple fait qu'il est droitier. Darren Dietz, Magnus Nygren, Morgan Ellis et Greg Pateryn, tous candidats à occuper des postes à Hamilton cette saison, tirent également de la droite.

« On a beaucoup de droitiers et ils sont bons, a rappelé Bergevin. Thrower était à la Coupe Memorial, il a bien joué. Mais avec le nombre de défenseurs qu'on a, il devra passer à un autre niveau. On le surveille de près. »

À la maison

Si Thrower poursuit sa carrière junior, il pourra au moins le faire à la maison. Après avoir accueilli la Coupe Memorial, les Blades de Saskatoon ont fait le ménage parmi leurs vétérans et ont échangé le défenseur aux Giants de Vancouver, sa ville d'origine.

« C'est gagnant-gagnant, explique-t-il. Je viens de Vancouver, je serai donc plus près de ma famille et je vais jouer pour un bon entraîneur en Don Hay. »

Ce qui ne veut pas dire pour autant qu'il tient à retourner dans la Ligue junior de l'Ouest, où sa production a ralenti la saison dernière : 27 points en 54 matchs, après en avoir totalisé 54 en 66 rencontres en 2011-2012. Il rêve déjà à la LNH, mais entend s'en remettre au bon jugement des dirigeants du CH.

« Ça ne serait pas un pas en arrière si je retournais dans le junior. Je vais l'interpréter comme un signe que je ne suis pas tout à fait prêt à devenir professionnel », affirme-t-il.

Si tel est le cas, il n'aura d'autre choix que de dominer, à titre de joueur de 20 ans. Sans quoi on commencera à se questionner plus sérieusement...

Hudon gagne des points

Par ailleurs, Charles Hudon a profité du deuxième match intra-équipe du camp pour se démarquer. Le Québécois, choix de 5e tour du CH l'an passé, a réussi le jeu du jour en deuxième période en marquant grâce à une superbe manœuvre individuelle.

Hudon en a rajouté avec un filet en tirs de barrage.

« Après la première période, Sylvain Lefebvre m'a parlé, j'essayais de trop en faire. Ça a aidé, le stress est parti et j'ai fait les jeux que je réussissais dans le junior.

« Depuis que je suis jeune, je veux forcer tous les coachs, les DG. À Chicoutimi, je voulais forcer Marc Fortier. Maintenant, c'est Marc Bergevin. Si je joue un match préparatoire, ce sera parce que je l'aurai forcé, et je forcerai ensuite pour en jouer un deuxième. »

De bons mots pour Bournival

Enfin, sans être flamboyant, un autre attaquant québécois, Michaël Bournival, s'est fait remarquer auprès de la direction.

« Il y a une différence à sa deuxième année professionnelle. Il est l'un des joueurs qui est arrivé dans une très bonne condition physique. Il était prêt dès le début. On l'évaluera au cours des prochaines semaines. Je remarque une différence entre son début de saison l'an dernier à Hamilton et aujourd'hui. »

Bournival a inscrit 30 points en 69 matchs l'an passé, à sa première saison avec les Bulldogs.

PLUS:rc