NOUVELLES

Tanner Marsh a des croûtes à manger mais n'est pas à blâmer selon son entourage

08/09/2013 06:07 EDT | Actualisé 08/11/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - La Marsh Madness va peut-être revenir plus tard cette saison, mais pour l'instant elle va s'estomper un peu.

Même s'il était clair depuis le début qu'il est loin d'être parfait, Tanner Marsh a montré qu'il n'est pas infaillible, dimanche, alors qu'il a subi une première défaite en trois sorties. Les plus sévères iront jusqu'à dire qu'il a fait preuve d'une incapacité inquiétante à compléter les jeux dans les moments-clés, alors qu'il l'a fait à l'occasion face aux Argonauts, mais pas assez souvent au cours d'un match où le premier rang était à l'enjeu. C'est là quelque chose qu'on peut excuser en raison de son manque d'expérience, mais reste que sa prestation a mis en lumière le fait que les Alouettes sont loin d'être sortis du bois en ce qui concerne leurs chances de connaître une bonne saison.

Malgré tout, on n'est pas encore prêt à pointer du doigt le quart recrue de 23 ans. Personne n'a osé évoquer, après la défaite de 37-30 de dimanche, la nécessité de le remplacer par Josh Neiswander ou Troy Smith lors de la prochaine rencontre, ou n'a exigé la venue de Tim Tebow à Montréal.

«Nous devons mieux réussir à l'aider dans son travail, a dit l'entraîneur-chef et directeur général Jim Popp de Marsh. Ça commence avec nous, les membres du personnel d'entraîneurs. Mais il faut donner crédit (aux Argonauts), ils ont réussi à semer un peu la confusion chez lui aujourd'hui. Reste qu'à la fin du match, il nous a donné une chance de l'emporter, comme il l'a fait ces dernières semaines. Il a amené l'équipe jusqu'à la porte des buts dans la dernière minute de jeu, pour nous donner une chance d'égaler le score. On ne peut pas lui en demander plus.»

Arland Bruce III était également prêt à donner le bénéfice du doute à un jeune quart dont la courbe d'apprentissage n'en est qu'à son début, lui qui en est à sa première saison dans la LCF.

«C'est un sport d'équipe, a souligné le vétéran receveur. (Marsh) va regarder le film du match. Les entraîneurs vont également regarder comment le jeune a joué, et examiner ses gestes d'un oeil critique, tout comme (Marsh) va le faire. Mais il ne faut pas placer le fardeau du blâme sur lui, parce que nous sommes une équipe. L'attaque, la défensive et les unités spéciales forment un tout. Il s'agit de trouver une façon de mettre les matchs hors de portée de l'adversaire.

«Voilà deux ou trois fois que nous avons été incapables de sortir l'équipe adverse du match quand l'occasion se présente, alors que cela fait pourtant partie des objectifs que nous nous donnons depuis quatre ou cinq semaines, a ajouté Bruce. Nous n'avons pas réussi aujourd'hui, alors que nous étions pourtant en position de le faire.»

Même si les joueurs de l'unité défensive s'en voulaient de ne pas avoir été aussi dominants en deuxième demie qu'ils ne l'avaient été avant la pause, Marsh a accepté le blâme de la défaite.

«(Les Argonauts) m'ont bombardé avec différentes choses, leur défensive a fait du très bon travail et j'ai commis trop d'erreurs, a dit celui qui assure la relève d'Anthony Calvillo puisque celui-ci a subi une commotion cérébrale. Il y a plusieurs aspects de mon jeu qui m'ont frustré. Il y a eu des moments où ils ont bien réussi à cacher ce qu'ils avaient l'intention de faire, et... J'ai beaucoup, beaucoup de choses à améliorer. Je dois simplement mieux jouer.»

PLUS:pc