NOUVELLES

Condamné à la prison, Navalny brigue la mairie de Moscou

08/09/2013 05:16 EDT | Actualisé 08/11/2013 05:12 EST

EN DIRECT - L'opposant russe Alexeï Navalny défie un homme du Kremlin, Sergueï Sobianine, ce dimanche lors de l'élection municipale à Moscou, lourde d'enjeux non seulement pour l'avenir politique de ces deux candidats mais aussi pour la présidence de Vladimir Poutine.

Militant anticorruption, Alexeï Navalny s'est fait connaître lors des manifestations contre le pouvoir fin 2011 et début 2012, notamment lors du retour de Vladimir Poutine au Kremlin pour un troisième mandat, de six ans. À 37 ans, même s'il n'a guère de chances de succès, il compte sur ce scrutin pour prouver que ses compatriotes ont soif de changement et qu'il peut l'incarner.

Ancien responsable de l'administration de Vladimir Poutine aussi bien à la présidence qu'à la tête du gouvernement, Sergueï Sobianine a pour sa part été propulsé sans vote populaire en 2010 à la tête de la mairie de Moscou. À 55 ans, il a organisé cette élection municipale anticipée pour asseoir sa légitimité et affermir son pouvoir sur la capitale russe.

Alexeï Navalny se présente alors qu'il reste menacé de prison. À l'issue d'un procès qu'il a qualifié de manipulation politique, ce farouche détracteur de Vladimir Poutine a été condamné en juillet à cinq ans de prison pour détournement de fonds dans une entreprise publique d'exploitation forestière.

La justice russe a toutefois pris une décision inhabituelle le lendemain et l'a libéré dans l'attente de l'examen de son appel, ce qui lui a permis de poursuivre sa campagne électorale. « J'espère qu'il n'y aura aucune fraude aujourd'hui, je souhaite ardemment que les Moscovites puissent finalement exprimer leur volonté et choisir le maire qu'ils veulent », a dit Alexeï Navalny, accompagné de sa femme Ioulia et de leurs deux enfants, à la sortie de son bureau de vote dans le sud de Moscou.

Le Kremlin confiant

Sergueï Sobianine ne s'est en revanche pas exprimé après avoir déposé son bulletin dans l'urne dans un bureau du centre de Moscou. Vêtu d'une veste sombre comme dans la plupart de ses apparitions publiques, il a patienté quelques instants avec son épouse dans la file d'attente des électeurs devant l'urne.

Pour de nombreux observateurs, le Kremlin souhaitait qu'Alexeï Navalny puisse se présenter dans l'espoir de lui infliger une cuisante défaite électorale et de discréditer cette voix dissidente portant des ambitions présidentielles.

Si les sondages ne lui accordent quasiment aucune chance d'être élu maire, Alexeï Navalny a toutefois mené une campagne vivante qui a revigoré une opposition en berne et a probablement déconcerté le Kremlin.

Un bon score d'Alexeï Navalny donnerait encore plus de souffle aux opposants à Vladimir Poutine, surtout si Sergueï Sobianine ne recueille pas une majorité absolue de suffrages et se trouve contraint à un second tour d'ici la fin du mois.

Le Kremlin semble toutefois confiant et, selon des sources proches de la présidence, Vladimir Poutine a prévu dans son programme de cette semaine d'assister à la prestation de serment du nouveau maire.

Outre Sergueï Sobianine et Alexeï Navalny, quatre autres candidats se présentent devant les près de 7,2 millions d'électeurs de Moscou, ville la plus grande et la plus riche de Russie.

L'élection du maire de Moscou écrase en prestige et en importance politique les quelque 7000 autres scrutins locaux organisés ce dimanche en Russie.

Reuters

PLUS:rc