POLITIQUE

Charte des valeurs : retour à Hérouxville, six ans plus tard

08/09/2013 06:26 EDT | Actualisé 08/11/2013 05:12 EST
AFP

Le gouvernement du Québec déposera la semaine prochaine une première ébauche de sa controversée charte des valeurs. En serions-nous là sans la controverse qui a eu lieue il y a six ans avec le « code de vie » d'Hérouxville?

Dans une pataterie de la petite municipalité de la Mauricie, on se souvient que c'est ici que s'est enflammé le débat sur les accommodements raisonnables. Le conseiller municipal André Drouin, l'auteur du célèbre « code de vie » qui interdit la lapidation, est acclamé.

« À chaque fois, il y a un attroupement, il faut que je fasse un discours », dit-il avec le sourire fier.

L'occasion est trop belle pour M. Drouin de remettre les pendules à l'heure. Il a délibérément voulu provoquer, mais il le répète haut et fort : le code de vie d'Hérouxville n'était pas une blague, contrairement à ce qu'il a révélé dans un documentaire.

« C'est loin d'être une farce, je fais des farces à l'occasion, mais pas des farces qui durent sept ans », affirme l'auteur du code de vie.

À Hérouxville, on est à cheval sur ses principes et André Drouin piaffe d'impatience de connaître le contenu de la charte des valeurs québécoises. « La seule chose que je regrette, c'est que ça a pris six ou sept ans avant qu'au Québec un parti politique ait pris la volonté politique du peuple », dit-il.

Ce qu'il veut pour son pays, poursuit-il, « c'est que la religion soit complètement séparée de l'État ».

Au coeur de la polémique, Carmen Chouinard faisait partie d'un groupe de femme venue à Hérouxville pour rencontrer la population. Elle garde un mauvais souvenir des mois qui ont suivi.

« Durant toute la période des accommodements raisonnables, il n'y avait pas une seule journée où une personne me faisait une niaiserie. Me regardait de travers, me fermait la porte au visage », affirme la doctorante en science des religions.

Mme Chouinard voit d'un mauvais oeil la future charte des valeurs québécoises. Sans Hérouxville, existerait-elle? « Je crois que non. Alors merci Monsieur Drouin, merci Monsieur Drouin. », lance-t-elle.

D'après un reportage de Louis-Philippe Ouimet

INOLTRE SU HUFFPOST

La charte des valeurs vue par Twitter