NOUVELLES

Berlusconi se tourne vers une Cour des droits de l'homme pour éviter sa peine

08/09/2013 08:26 EDT | Actualisé 08/11/2013 05:12 EST

ROME - L'ancien premier ministre italien Silvio Berlusconi se tourne vers la cour européenne des droits de la personne pour éviter notamment d'être banni de la fonction publique, après avoir été déclaré coupable de fraude fiscale, ont affirmé dimanche ses employés.

Le politicien et géant des médias a été déclaré coupable d'avoir artificiellement gonflé les montants payés par son empire, Mediaset, pour des droits de production cinématographique, afin de réduire les passifs fiscaux de la compagnie.

M. Berlusconi se croit une innocente victime des magistrats qui sympathisent avec la gauche politique. Le verdict a été déposé le mois dernier par la plus haute cour d'Italie.

Son plus proche conseiller, Angelino Alfano, n'a pas précisé quand l'appel serait déposé à la Cour européenne des droits de l'homme ni sous quels motifs. Cependant, il affirme être confiant de pouvoir faire prouver l'innocence de son patron au palier européen.

La Cour de cassation italienne a confirmé une peine de quatre ans de prison — bien qu'il soit peu probable que M. Berlusconi la purge — et a ordonné à une cour d'appel de Milan de déterminer la durée de son interdiction à servir dans la fonction publique, entre un et trois ans.

PLUS:pc