Multiculturalisme : Marois dit qu'elle ne voulait pas offenser

Publication: Mis à jour:
PAULINE MAROIS SCOTLAND SEPARATION
CP

La première ministre Pauline Marois affirme ne pas avoir eu l'intention d'être offensante dans ses commentaires suggérant que le multiculturalisme est à l'origine d'attentats en Grande-Bretagne.

Dans un communiqué rendu public samedi, Mme Marois a tenu à réagir « aux accusations » du chef libéral Philippe Couillard, qui a demandé à la première ministre de s'excuser pour des remarques qu'il qualifie « d'inacceptables ».

Lors d'un entretien sur la charte des valeurs québécoises avec un journaliste du Devoir, Mme Marois avait comparé le multiculturalisme à l'anglaise au modèle français de laïcité. « En Angleterre, ils se tapent sur la gueule et s'envoient des bombes parce que c'est le multiculturalisme et qu'il n'y a plus personne qui se retrouve dans cette société-là », a-t-elle affirmé dans l'article publié vendredi.

Ces commentaires lui ont attiré le lendemain les foudres du chef libéral, qui s'est déjà prononcé en faveur d'une laïcité ouverte.

Dans son communiqué, Mme Marois invite le chef du PLQ « à faire preuve de respect dans le débat sur la charte des valeurs québécoises ». « En ce moment, il cherche plutôt à détourner le débat et à allumer inutilement des feux. Au lieu de hausser le ton, Philippe Couillard devrait attendre quelques jours avant de s'opposer à une position qui n'a même pas encore été présentée », dit-elle.

Mme Marois affirme en outre de pas avoir eu l'intention de tenir des propos offensants ni de s'ingérer dans la politique du Royaume-Uni. Elle explique aussi qu'elle faisait référence à des propos des premiers ministres britanniques Tony Blair et David Cameron.

« La discussion avec les journalistes du Devoir portait sur les modèles d'intégration dans le monde. Or, c'est au Québec de développer son propre modèle, selon ses valeurs et son histoire. Au lieu de chercher à semer la zizanie, le chef du Parti libéral devrait se concentrer à venir présenter ses positions à l'Assemblée nationale et arrêter de donner des leçons en dehors de l'arène parlementaire », conclut Mme Marois.

Le gouvernement péquiste de Pauline Marois doit déposer dans les prochains jours une charte des valeurs québécoises, qui a déjà suscité beaucoup de débats. Plusieurs élus au niveau municipal, provincial et fédéral se sont portés contre cette charte ou certains de ses aspects.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

Aussi sur Le HuffPost:

Close
De quelle religion sont les Québécois?
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction