NOUVELLES

Manifestations samedi au Canada contre des frappes en Syrie, dont une à Toronto

07/09/2013 07:05 EDT | Actualisé 07/11/2013 05:12 EST

Des manifestants se sont réunis en face du consulat américain de Toronto pour protester contre l'intensification des efforts de Washington afin d'obtenir des appuis en faveur de frappes militaires contre la Syrie.

Plusieurs dizaines de personnes se sont ainsi rassemblées sous la pluie, dans le cadre de l'une des nombreuses manifestations organisées à travers le Canada.

Selon l'organisateur Sid Lacombe, il n'y a aucune raison de croire les preuves américaines voulant que le gouvernement du président syrien Bachar el-Assad soit responsable d'une attaque aux armes chimiques dans des zones civiles.

«Nous n'allons pas appuyer le gouvernement américain alors qu'il déclenche une nouvelle guerre incroyablement brutale, immorale et illégale basée sur des mensonges», a déclaré M. Lacombe, coordonnateur au sein de l'Alliance canadienne pour la paix.

Par ailleurs, au Vatican, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées sur la place Saint-Pierre, pour une veillée de quatre heures en faveur de la paix en Syrie, samedi soir, répondant à un appel du pape François en faveur d'un mouvement populaire, et lors d'autres veillées ailleurs sur la planète.

Le Saint-Siège a estimé à environ 100 000 le nombre de personnes réunies à Rome, ce qui en ferait l'un des plus importants événements contre une éventuelle intervention militaire américaine contre le régime syrien.

Il s'agit du premier événement nocturne de la sorte à avoir lieu sur la place Saint-Pierre.

À Damas, quelques dizaines de chrétiens syriens ont participé à une messe dans l'église Al-Zaytoun. La cérémonie était présidée par le patriarche grec Gregorios III Laham d'Antioche et de tout l'Est, qui a affirmé que la plupart des pays soutenaient une solution politique à la crise en Syrie, et que peu d'entre eux désiraient une action militaire.

La radio du Vatican a rapporté que des événements similaires avaient lieu en Argentine — patrie du pape —, mais aussi en Italie, à Cuba et ailleurs dans le monde.

Ces manifestations ont eu lieu au moment où le président américain Barack Obama continue de faire pression pour obtenir l'appui du Congrès en vue de lancer des frappes militaires à la suite d'une attaque chimique meurtrière imputée au régime syrien.

Selon Washington, les forces de Bachar el-Assad ont tiré des missiles chargés de sarin contre des zones rebelles de Damas avant l'aube, le 21 août, tuant au moins 1429 personnes, dont 426 enfants.

De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'homme établit le bilan à 502 morts.

Le premier ministre canadien Stephen Harper a indiqué que le pays n'avait «aucun plan» pour une mission militaire contre la Syrie, bien que le Canada fasse partie des pays ayant annoncé son appui à une action militaire contre le régime El-Assad.

M. Lacombe et la foule se sont opposés à tout appui envers une intervention militaire, soutenant qu'une telle initiative mènerait à d'innombrables morts civiles.

«Honte à Stephen Harper pour appuyer cette guerre», a lancé M. Lacombe aux manifestants.

L'administration Obama a fait l'objet de pressions, samedi, de la part de responsables européens, afin de retarder toute action éventuelle jusqu'à ce que les inspecteurs onusiens dévoilent leurs conclusions à propos de l'utilisation alléguée d'armes chimiques.

Les ministres européens des Affaires étrangères, en réunion à Vilnius, en Lituanie, avec le secrétaire d'État américain John Kerry, ont cependant appuyé une «réponse forte et claire» à une attaque qui, disent-ils, pointe fortement en direction du gouvernement El-Assad.

M. Obama prononcera un discours depuis la Maison-Blanche, mardi, pour expliquer sa volonté d'agir militairement contre la Syrie.

PLUS:pc