NOUVELLES

Les Bears et Marc Trestman subiront un premier test contre les Bengals

07/09/2013 12:44 EDT | Actualisé 07/11/2013 05:12 EST

LAKE FOREST, États-Unis - Jay Cutler, prépare-toi à Geno Atkins. Andy Dalton, attention à Julius Peppers.

Les Bears de Chicago et les Bengals de Cincinnati seront mis à l'épreuve dès le départ lorsqu'il s'affronteront en ouverture de saison à Soldier Field.

Les deux équipes alignent de bonnes unités défensives qui se sont classées parmi les meilleures l'an dernier. Et pour ceux qui se demandent quelle allure aura l'attaque des Bears sous la direction du nouvel entraîneur-chef Marc Trestman, la rencontre risque de s'avérer un bon baromètre.

«Je crois que notre plafond est élevé, a déclaré l'ailier rapproché Martellus Bennett. Mais il y a beaucoup d'endroits qui ont des plafonds élevés. En ce moment, nous sommes une attaque qui essaie de se définir. Ce sera une première occasion d'affronter quelqu'un d'autre dans un contexte qui compte vraiment. Je ne pense pas que nous avons encore trouvé notre identité. Je pense que nous allons la définir en cours de route. Nous allons voir si nous sommes une équipe qui pense d'abord à la passe ou à la course. Nous ne le savons pas pour l'instant.»

Pour le moment les Bears sont un mystère, surtout à l'attaque.

Ils ont embauché Trestman pour remplacer Lovie Smith dans l'espoir qu'il ajoute du dynamisme à une attaque qui stagnait et qu'il permette à Cutler d'atteindre son plein potentiel. Ce que cela donnera demeure un grand point d'interrogation.

Trestman, qui a eu du succès dans le passé dans la NFL avec des quarts comme Bernie Kosar, Steve Young et Rich Gannon, tentera de réussir là où des coordonnateurs à l'attaque du passé tels que Ron Turner, Mike Martz et Mike Tice ont échoué.

Pour l'aider, les Bears ont recruté quatre nouveaux partants au sein de la ligne offensive et ajouté Bennett au poste d'ailier rapproché, donnant ainsi une meilleure protection à Cutler et lui procurant une autre arme à son arsenal, qui compte déjà le receveur étoile Brandon Marshall et le demi à l'attaque Matt Forte.

En revanche, on n'a pas changé grand-chose à l'unité défensive. Certes, il y a Brian Urlacher qui a quitté, mais le noyau d'un groupe qui s'est régulièrement élevé parmi les meilleurs du circuit demeure intact. Les schémas de jeu n'ont pas beaucoup changé non plus.

L'an dernier, les Bengals ont été malmenés à Baltimore à leur match d'ouverture en route vers une saison de 10 victoires et une défaite en séries contre Houston. Ils tenteront d'éviter cela cette année. Reste qu'ils ont accédé aux éliminatoires pour une deuxième année de suite pour la première fois depuis 1981 et 1982, et qu'ils sont un choix populaire pour terminer en tête de la section Nord de l'AFC, voire de l'assocation.

«Je ne veux pas que les joueurs s'inquiètent des attentes à leur endroit, qu'elles soient positives ou négatives, a noté l'entraîneur Marvin Lewis. Elles n'ont aucune importance. Ce qui compte, c'est ce qu'ils récoltent à chaque semaine.»

PLUS:pc