NOUVELLES

Girouard s'embourbe au Championnat de Montréal, se retrouve avant-dernier

07/09/2013 04:45 EDT | Actualisé 07/11/2013 05:12 EST

SAINTE-JULIE, Qc - Marc Girouard, le seul Québécois inscrit au tournoi, avait du pain sur la planche samedi en deuxième ronde s'il souhaitait remonter le peloton au Championnat de Montréal.

Le représentant du golf Le Diamant, qui s'élançait de nouveau sur le 10e tertre de départ, était à plus-6 à l'issue de la première ronde. Il n'a toutefois pas connu la ronde espérée. Loin de là. Il a commis trois doubles bogueys, six bogueys et seulement deux oiselets, en route vers une ronde catastrophique de 81 (plus-9) qui l'a relégué à l'avant-dernier rang du classement général, à plus-15.

«Je me sens comme une équipe de hockey qui vient de perdre 9-0 et qui pense, le lendemain, qu'elle est meilleure même si elle perd encore 9-0, ou même 11-0, a déclaré Girouard, l'air dépité. J'ai très mal joué, même si les conditions de jeu étaient plus faciles que celles d'hier. (...) Les responsables du terrain ont fait leurs devoirs, mais ça l'air que je n'ai pas fait les miens. C'est décevant.»

Le Québécois a toutefois refusé de justifier son résultat en deuxième ronde par les éléments extérieurs, comme la pluie ou le jeu — plutôt lent — de son partenaire Ronnie Black.

«Non, ça ne m'a pas affecté, a-t-il rétorqué. Il joue à sa façon et je joue de la mienne. Il a d'ailleurs été très gentil. Et pour ce qui est du vent (et de la pluie), ce n'est pas la première fois que ça se produit. J'ai déjà affronté des parcours aussi durs — sinon pires — que celui-ci, et c'est simplement moi qui a manqué mes coups. C'est tout.»

Il accuse désormais un déficit de 21 coups sur le meneur, l'Allemand Bernhard Langer. Le principal intéressé estime néanmoins qu'il a sa place parmi les meilleurs golfeurs de 50 ans et plus au monde.

«Phil Mickelson a joué 82 il y a trois semaines et il a triomphé la semaine suivante, a rappelé Girouard. S'il déclarait qu'il quittait la compétition chaque fois qu'il frappait une balle dans le bois et qu'il jouait 80, il n'y aurait plus beaucoup de golfeurs sur le circuit. Je suis un golfeur. Je n'ai pas bien joué, il n'y a pas d'autre explication que ça.»

Girouard avait déclaré à l'aube du tournoi qu'il espérait non seulement surpasser sa 57e place acquise l'an dernier, mais également être dans la course en compagnie des meneurs. Il aura beaucoup à faire dimanche pour s'approcher.

Le golfeur âgé de 51 ans a entamé sa ronde de la même façon que la veille, en commettant un double boguey dès le 11e trou. Girouard a enchaîné avec des bogueys aux 13e et 15e trous, qui ont été séparés par un oiselet au 14e, avant de récidiver avec un autre double boguey au 18e. Au virage, il affichait un pointage de plus-11 au cumulatif.

«Mes coups de départ n'étaient pas à mon goût, mes fers n'étaient pas à mon goût, mon fer droit était pas si pire — honnêtement, c'était la seule facette de mon jeu qui était acceptable —, mais quand tu passes ton temps à frapper un coup roulé pour la normale ou le boguey, c'est difficile de jouer 68 ou 69», a-t-il poursuivi, le visage long.

Son jeu fut tout aussi erratique sur le neuf de retour. Plutôt que de redresser la barre, le Québécois a commis son troisième double boguey de la ronde au premier trou, avant d'alterner entre les bogueys et les oiselets du deuxième au sixième vert. Girouard a enchaîné avec un autre boguey au septième, et a complété sa ronde avec deux normales.

«Je vais retourner pratiquer, je vais retourner faire ce que j'ai à faire, et demain (dimanche) je vais juste me contenter de jouer, a-t-il confié. Je vais regarder ce que les autres golfeurs font, car ce sont tous de bons golfeurs, et je vais essayer de tirer des leçons. Un peu comme le fait (Milos) Raonic lorsqu'il affronte (Rafael) Nadal.»

Girouard s'élancera sur le 10e tertre de départ à compter de 11h55, dimanche matin. Il sera accompagné de Danny Edwards.

Le Canadien Jim Rutledge, de Victoria, en C.-B., a connu une ronde en deux temps. Après avoir enregistré cinq bogueys sur le neuf d'aller, il a rebondi avec trois oiselets consécutifs entre les trous nos 6 et 8 pour remettre une carte de 74. Il est à plus-6 au cumulatif. L'autre représentant de l'unifolié, Rod Spittle, de St. Catharine's, en Ontario, a joué 72 pour aboutir à égalité avec la normale au total des 36 premiers trous.

PLUS:pc