NOUVELLES

Trop d'élus? Trop d'arrondissements?

06/09/2013 07:21 EDT | Actualisé 06/11/2013 05:12 EST

À l'aube de la campagne électorale, plusieurs se questionnent sur le nombre d'élus et d'arrondissements nécessaires au bon fonctionnement de Montréal, une ville moins populeuse que Toronto, mais qui compte plus d'élus.

Certains croient qu'il y a trop d'élus, trop d'arrondissements, mais d'autres défendent mordicus le statu quo.

Certains arrondissements font même des menaces, comme Outremont, qui préfère la défusion à la disparition.

Marie Cinq-Mars, mairesse de l'arrondissement de 24 000 habitants, a même prévu le coup et a décidé de créer son propre parti politique.

« Il n'y a aucun parti politique qui correspondait à ce que j'avais comme ambition pour Outremont », dit-elle. « À Paris, il y a 20 arrondissements, depuis plus de 100 ans. Il y a de petits arrondissements, entre autres le 1er, où il y a 17 000 personnes, et il y a le 15e arrondissement, qui en a au-delà de 200 000. Ils cohabitent depuis 100 ans, c'est quoi le problème? » demande-t-elle.

Mais tous ne sont pas du même avis.

C'est le cas d'Étienne Coutu, candidat à la mairie d'arrondissement d'Outremont pour Projet Montréal, qui croit qu'il faut moins d'élus.« Grosso modo, c'est de passer de 103 à 65 élus ».

M. Coutu soutient qu'il ne faut pas qu'Outremont disparaisse. Mais, son parti veut consulter les Montréalais, savoir ce qu'ils en pensent. « Peut-être que les gens exprimeraient une préférence pour garder tel ou tel arrondissement », explique-t-il.

Marcel Côté, candidat à la mairie pour la Coalition Montréal, promet, lui, de ne rien changer.

« Essayons de faire marcher la structure actuelle », dit-il.

M. Côté travaille pourtant avec Louise Harel, chef de Vision Montréal, qui a toujours milité pour la diminution du nombre d'élus. Mme Harel y croit encore, mais pas pour le prochain mandat.

« Nous avons adopté une déclaration commune, à l'intérieur de laquelle j'accepte que pour les quatre prochaines années, nous nous concentrions sur les économies d'échelle à réaliser », dit-elle.

Équipe Denis Coderre croit également il ne faut rien changer.

« Montréal est constituée de 19 arrondissements, ça ne changera pa », affirme Anie Samson, candidate de l'Équipe Denis Coderre.

Jusqu'à maintenant, sept petits partis qui craignent des changements à la gouvernance de Montréal ont été formés.

Pourtant, ce n'est pas le prochain maire qui pourra procéder à de tels changements.

C'est le gouvernement du Québec qui a déjà indiqué ne pas vouloir se prononcer sur cette question avant la fin de la campagne électorale.

D'après un reportage de François Cormier

PLUS:rc