NOUVELLES

Madrid, Tokyo et Istanbul font leur dernier tour de piste avant le vote décisif

06/09/2013 12:26 EDT | Actualisé 06/11/2013 05:12 EST

BUENOS AIRES, Argentine - À la veille du vote pour désigner la ville hôte pour les Jeux olympiques de 2020, Madrid a prédit que son budget plus modeste deviendrait un modèle pour les futurs jeux pendant que Tokyo a prétendu que sa sécurité et sa stabilité constituent des points positifs après les problèmes connus à Sotchi et Rio de Janeiro.

Istanbul a pour sa part souligné que tenir des jeux dans cette ville marquerait plusieurs premières: les premiers Jeux olympiques en Turquie, et les premiers également dans un pays à majorité musulmane.

Madrid a été la première des trois villes à tenter, pour une dernière fois avant le vote, d'influencer les membres du Comité International Olympique (CIO).

«Nous croyons qu'un budget responsable représente la nouvelle façon de concevoir les jeux, a déclaré le maire de Madrid, Ana Botella. Nous pensons que c'est un nouveau modèle pour l'organisation des Jeux à une époque marquée par des turbulences politiques et économiques dans le monde.»

Les problèmes économiques de l'Espagne, confrontée à un taux de chômage de 27 pour cent, ont été considérés comme la principale faiblesse de la candidature de Madrid. Mais la capitale espagnole considère plutôt sa proposition de tenir des Jeux plus modestes comme une force.

«Nous proposons un nouveau modèle pour les jeux adaptés à notre époque, a dit Botella. Nous croyons que d'avoir ce type de budget est quelque chose de vraiment bon pour l'avenir, car sinon il y aurait de nombreuses villes dans le monde qui ne seraient pas capables de les accueillir.»

Madrid, qui en est à sa troisième tentative pour accueillir les jeux, prétend qu'elle présente un des budgets les plus bas de l'histoire olympique et que 80 pour cent des sites sont déjà construits avec une majorité d'installations réparties dans un rayon compact.

Les Jeux d'hiver de 2014 à Sotchi seront les plus coûteux de l'histoire olympique et ceux de Rio en 2016 sont perçus comme une entreprise coûteuse pour le Brésil.

Les organisateurs de la candidature de Tokyo ont fourni l'explication la plus claire à ce jour de la fuite d'eau radioactive à la centrale nucléaire endommagée de Fukushima.

Hiroshi Hase, un ancien lutteur olympique et membre du parlement japonais, a minimisé le problème à l'aide d'une présentation détaillée — une stratégie qui a fait défaut pendant plusieurs jours alors que les responsables japonais ont peiné à s'expliquer sur le sujet.

Le président du comité d'Istanbul, Hasan Arat, a de nouveau joué la carte de la nouveauté de cette candidature et de la jeunesse du pays.

«Istanbul 2020 se tiendra dans le contexte de l'une des villes les plus magiques de la planète: Un pont entre les continents, les cultures et les générations depuis des milliers d'années», a déclaré Arat.

PLUS:pc