NOUVELLES

Le négligé Dick Mast fait fi du vent et prend la tête du Championnat de Montréal

06/09/2013 05:26 EDT | Actualisé 06/11/2013 05:12 EST

SAINTE-JULIE, Qc - Dick Mast a fait fi du vent et a remis une carte de 69 (moins-3) à l'issue de la première ronde du Championnat de Montréal présenté au club de golf de la Vallée du Richelieu, vendredi, pour s'emparer des commandes de l'épreuve par un seul coup.

Mast, un négligé dont le meilleur résultat cette saison est une 15e place à la Classique Boeing en août, a dû composer avec des bourrasques de vent qui ont atteint jusqu'à 50 kilomètres à l'heure. L'Américain, qui se décrit comme étant un «assez bon golfeur dans le vent», n'a jamais été seul en tête à l'issue d'une ronde en 165 tournois en carrière sur le circuit des Champions.

Le golfeur de 62 ans a entamé la première ronde sur les chapeaux de roue avec trois oiselets consécutifs, avant de commetre un boguey au quatrième vert, une normale-3 de 222 verges.

«J'ai eu besoin de trois coups roulés au quatrième vert, et ensuite le vent s'est levé, a confié Mast. Je crois qu'on a obtenu un léger avantage en étant le deuxième groupe au départ. C'était venteux, mais pas autant qu'en fin de journée. J'ai pu jouer quatre ou cinq trous sans de grosses bourrasques de vent, et c'était tout un avantage. (...) J'ai joué une solide ronde. Mais comme je l'ai dit, c'est difficile — tu dois contrôler ta balle dans le vent. Tu dois posséder un bon jeu sur les verts.»

Mast a enchaîné sur le neuf de retour avec des oiselets aux trous nos 12 et 14, séparés par un boguey au 13e. Le vétéran, qui occupe le 71e échelon au classement des boursiers du circuit des Champions, devra toutefois se méfier de son plus proche poursuivant, Kenny Perry.

Perry, qui fut l'auteur d'un pointage de 70, est le meneur au classement de la Coupe Charles Schwab. Il a notamment remporté le Championnat des joueurs seniors et l'Omnium senior des États-Unis — deux tournois majeurs — cette saison. Il a indiqué avoir lui aussi été intimidé par les puissantes bourrasques de vent, même si, selon lui, les golfeurs ne sont pas au bout de leur peine.

Dame Nature risque en effet de jouer les trouble-fêtes en deuxième ronde samedi puisqu'une faible pluie est attendue, accompagnée d'une température pouvant atteindre un maximum de 22 degrés Celsius.

«Ça me rappelle Muirfield Village, où je joue depuis 25 ans, et j'ai l'impression de pouvoir gagner ce tournoi. J'y ai joué dans toutes les conditions, la pluie, le vent, le froid et la chaleur, a soutenu Perry, qui participe au Championnat de Montréal pour la première fois. Sauf qu'ici, on tente d'apprendre les particularités du terrain au fur et à mesure. Il faut apprendre vite, et c'est parfois difficile. (...) Mais c'est ça le golf. Il faut atteindre l'allée, envoyer sa balle sur les verts et trouver une façon de la faire disparaître au fond du trou. C'était tout un test (vendredi), mais j'y suis parvenu en travaillant d'arrache-pied.»

L'Américain, qui avait brisé son bois no 1 lors de la Classique Boeing au mois d'août, a indiqué qu'il avait apporté de nouveaux bois de départ cette semaine afin de tenter de retrouver son ancienne trajectoire de balle.

«J'ai passé trois semaines à l'usine du manufacturier Adams de Dallas afin d'essayer de retrouver la même sensation, a indiqué Perry, qui est reconnu comme étant un long cogneur. Puis, j'ai participé au tournoi Pro-Am jeudi avec différents bois de départ, et j'en ai donné un après neuf trous parce que je n'étais pas satisfait. J'ai aimé le suivant, et je l'ai conservé. J'ai réussi deux ou trois coups de départ aujourd'hui qui m'ont rappelé mon ancien bois no 1, en termes de trajectoire, donc c'est excitant pour la suite.»

Perry est suivi par un groupe de cinq golfeurs à 71, dont fait partie le légendaire Bernhard Langer, qui participe au tournoi pour la première fois. Langer, qui a remporté la Classique ACE Group en février et le Championnat Greater Gwinnett en avril, est à égalité avec le Sud-Africain David Frost et les Américains Mark Brooks, Mike Reid et Tom Pernice fils.

Huit golfeurs sont à égalité avec la normale (72), dont le Canadien Rod Spittle.

Le champion en titre du tournoi, Mark Calcavecchia, était en voie de réaliser la normale lorsqu'il a commis des bogueys aux 16e et 17e verts pour se retrouver à plus-2. Il occupe le 27e rang, à égalité.

Les départs se feront de façon simultanée sur les premier et 10e tertres dès 9h55 samedi matin, et s'étaleront, à 10 minutes d'intervalle, jusqu'à 12h05. Les golfeurs seront de nouveau regroupés en trios.

PLUS:pc