NOUVELLES

Syrie: rebelles et soldats se disputent un village chrétien tenu par le régime

05/09/2013 09:25 EDT | Actualisé 05/11/2013 05:12 EST

BEYROUTH - Les soldats syriens disputaient jeudi, pour une deuxième journée de suite, le contrôle d'un village chrétien à des rebelles affiliés à Al-Qaïda dans l'ouest du pays.

Les résidants du village de Maaloula ont indiqué que des insurgés sont arrivés tard mercredi. L'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, affirme que les rebelles appartiennent au groupe extrémiste Jabhat al-Nusra, lié à Al-Qaïda.

Les rebelles auraient patrouillé les rues du village à leur guise en dépit de la forte présence de l'armée. Ils auraient brièvement encerclé une mosquée et une église avant de quitter, jeudi matin.

Le village de Maaloula est situé à une cinquantaine de kilomètres de Damas, près de la frontière libanaise. Il fait partie des candidats au titre de site du patrimoine mondial de l'Unesco. Certains de ses 3300 habitants parlent toujours une version de l'araméen, l'ancien langage biblique qui aurait été utilisé par Jésus.

Des affrontements violents entre l'armée syrienne et les combattants d'al-Nusra se poursuivaient jeudi dans les montagnes voisines, selon l'Observatoire.

Une religieuse a indiqué à l'Associated Press, par téléphone, que les rebelles ont quitté jeudi un hôtel situé au sommet d'une montagne, après l'avoir capturé la veille. Elle a toutefois dit que les résidants s'attendent au retour des insurgés, qui avaient profité de leur position pour bombarder la ville dessous.

Une centaine d'habitants se sont réfugiés au couvent, tandis que les 27 orphelins qui y habitent ont été déplacés vers des caves voisines pour les mettre à l'abri.

Par ailleurs, une bombe a explosé jeudi près de Damas, devant un centre de recherche appartenant au ministère de l'Industrie, faisant quatre morts et plusieurs blessés. À Damas, trois personnes ont été blessées quand des mortiers sont tombés sur deux quartiers résidentiels.

Dans la province d'Alep, dans le nord du pays, un médecin qui travaillait pour Médecins sans frontières a été tué. Le chirurgien de 28 ans, Muhammad Abyad, a perdu la vie lors d'une attaque.

PLUS:pc