NOUVELLES

Retrait possible de la lutte des JO: un leader parle d'un électrochoc

05/09/2013 05:38 EDT | Actualisé 05/11/2013 05:12 EST

BUENOS AIRES, Argentine - Nenad Lalovic se souvient de l'appel d'un ami il y a sept mois, lui disant que la lutte avait été retirée des Jeux olympiques.

«Je lui ai dit: 'De quoi parles-tu?', s'est rappelé Lalovic. Je croyais qu'il s'agissait d'une blague.»

Bien sûr, ce n'était pas le cas. Le conseil d'administration du Comité international olympique (CIO) a recommandé en février le retrait de la lutte des Jeux de 2020, un coup dur que les leaders de ce sport n'avaient pas vu venir.

Lalovic est actuellement à Buenos Aires à titre de président de la Fédération internationale des luttes associées (FILA) revampée, l'organisation chapeautant les activités de lutte, et effectue ses derniers efforts dans une campagne de six mois pour sauver le statut olympique du sport qui a aussi changé le visage de la discipline.

«Il a s'agit du meilleur électrochoc possible, a exprimé Lalovic. Quand vous faites face à une telle crise, soit vous rendez l'âme, soit vous vous reprenez en mains. C'est ce que nous avons fait.»

Le CIO votera dimanche sur l'ajout d'un sport additionnel au programme des Jeux de 2020 et 2024. La lutte en vient aux prises avec le squash et un mariage baseball-softball.

À moins d'une importante surprise, la lutte devrait conserver son statut olympique.

«Ce que j'entends me rend optimiste, mais un vote est un vote, et nous devons attendre», a dit Lalovic.

Le Serbe oeuvre dans le lobby de l'hôtel où se réunit le CIO, continuant de faire valoir la cause de la lutte. Des têtes d'affiche du squash et du baseball-softball font de même.

Après la recommandation surprise du CIO en février, Raphael Martinetti s'est retiré en tant que président de la FILA, et a été remplacé par Lalovic. Le Serbe a soutenu qu'il est devenu clair que la FILA avait échoué à moderniser le sport et s'était distancée de la CIO.

La FILA a revu sa structure, accordant aux femmes et aux athlètes un rôle dans la prise de décision. L'organisation a aussi ajouté deux catégories chez les femmes. Elle a adopté des règles qui faciliteraient la compréhension du sport, le rendraient plus attrayant, et contribueraient à une approche plus agressive.

Le squash en est à un troisième essai pour faire partie du programme olympique. Le softball féminin et le baseball masculin avaient été écartés par le CIO après les Jeux de Pékin en 2008. Les deux disciplines ont fusionné en une seule fédération cette fois pour améliorer leurs chances.

En fait, si la lutte l'emporte, dimanche, cela signifiera qu'aucun nouveau sport sera ajouté, alors qu'il s'agissait de l'intention initiale du processus.

PLUS:pc