NOUVELLES

Le ministre égyptien de l'Intérieur échappe à un attentat à la bombe

05/09/2013 06:08 EDT | Actualisé 05/11/2013 05:12 EST

LE CAIRE, Égypte - Vingt-deux personnes ont été blessées jeudi, lors d'une attaque à la bombe perpétrée au Caire contre le convoi du ministre égyptien de l'Intérieur.

Il s'agit du premier attentat à cibler un dirigeant égyptien depuis que le président islamiste Mohammed Morsi a été chassé du pouvoir le 3 juillet, soulevant la possibilité que ses partisans aient décidé de se tourner vers la violence.

La tentative d'assassinat de Mohammed Ibrahim, qui dirige les forces policières du pays, témoigne aussi de l'arrivée dans la capitale égyptienne des tactiques vues de plus en plus fréquemment dans la péninsule du Sinaï.

Certains des partisans les plus farouches de M. Morsi avaient menacé publiquement de lancer une campagne d'assassinats et d'attentats à la voiture piégée à l'endroit des membres du gouvernement appuyé par l'armée.

L'attaque de jeudi, qui s'est produite dans le quartier de Nasr City, n'a pas été immédiatement revendiquée. Le ministère n'a pas indiqué à quel endroit la bombe avait été cachée.

M. Ibrahim a survécu à l'attentat mais 22 personnes ont été blessées, dont deux policiers et un enfant qui ont été touchés plus grièvement.

Clairement secoué mais indemne, M. Ibrahim a pris la parole à la télévision peu de temps après pour expliquer que son véhicule, un VUS noir, avait été ciblé par un «engin explosif de grande taille» qui l'a endommagé en plus de quatre autres voitures.

«C'était une tentative haineuse (d'assassinat)», a-t-il déclaré aux journalistes.

L'engin explosif avait vraisemblablement été télécommandé, a-t-il ajouté.

«Même si on fait de moi un martyr, un autre ministre de l'Intérieur prendre ma place et poursuivra la campagne contre la terreur jusqu'à ce que nous ayons sécurisé le pays», a lancé M. Ibrahim.

L'explosion a endommagé plusieurs véhicules et édifices à proximité, fracassant notamment les fenêtres d'immeubles d'habitation. Le site de l'attentat était jonché de débris.

Aucune arrestation n'a encore été effectuée, mais les policiers sont à la recherche de suspects.

Nasr City est un château-fort des Frères musulmans, le groupe islamiste dont était issu le président déchu Mohammed Morsi. C'est aussi à cet endroit que des centaines de personnes sont mortes le 14 août, quand la police a démantelé par la force une manifestation assise organisée par ses partisans.

M. Ibrahim était un proche de l'ancien président Morsi. Il s'est toutefois rallié au nouveau gouvernement et a lancé une vaste campagne de répression contre les Frères musulmans et d'autres groupes islamistes.

PLUS:pc