NOUVELLES

Entre guerre chimique et guerre tiède

05/09/2013 11:53 EDT | Actualisé 05/11/2013 05:12 EST

Un texte de Jean-Francois Bélanger

Alors que la question de la Syrie monopolise l'attention au sommet du G20 à Saint-Pétersbourg, et suscite un véritable dialogue de sourds, cette crise, et l'incapacité à la régler, est révélatrice du côté de plus en plus dysfonctionnel des relations entre la Russie et les États-Unis.

Un texte de Jean-François Bélanger

S'il est exagéré de parler d'un retour à la guerre froide entre Washington et Moscou, il est tentant aujourd'hui de parler de guerre tiède.

Syrie, Libye, réduction de l'armement nucléaire, adoption internationale, Edward Snowden, affaire Magnitsky, expulsion régulière d'espions de part et d'autre... Les pommes de discorde ne manquent pas ces jours-ci entre Moscou et Washington. La remise à plat des relations voulue par Obama et Medvedev semble désormais morte et enterrée. Depuis un an, les désaccords sont si systématiques qu'on pourrait penser qu'ils sont le fruit de l'inimitié bien réelle entre Vladimir Poutine et Barack Obama.

Crise de confiance

Les deux hommes ne s'apprécient guère, certes, mais selon l'analyste Fyodor Loukianov, la tension actuelle s'explique davantage par une crise de confiance entre les deux capitales.

D'après le rédacteur en chef du magazine Russia in Global Affairs, la méfiance de Vladimir Poutine envers l'Amérique vient peut-être d'un vieux réflexe d'agent du KGB formé au temps de la guerre froide, mais ce sentiment se nourrit sans cesse d'éléments nouveaux. Et le président russe craint une chose par-dessus tout, selon lui : se trouver un jour dans le collimateur d'un des changements de régime orchestrés ou soutenus par Washington (Serbie, Ukraine, Libye et bien d'autres).

À tort ou à raison, l'homme fort du Kremlin est ainsi persuadé que les importantes manifestations d'opposition contre lui l'hiver dernier ont été aidées et financées par Washington. D'après Maria Lipman, du centre Carnegie, c'est cette raison qui l'a poussé à mettre un terme aux activités de USAID en Russie, et à faire voter une loi obligeant les ONG internationales « exerçant une activité politique en Russie et recevant des fonds de provenance autre que russe » à se déclarer auprès des autorités en tant qu'« agents de l'étranger ».

Vu sous cet angle, l'entêtement russe dans le dossier syrien prend un tout autre sens. Selon Fyodor Loukianov, Vladimir Poutine n'éprouve pas d'affection particulière pour Bachar Al-Assad, et l'importance des liens économiques, historiques ou stratégiques entre les deux capitales a été beaucoup exagérée. L'analyste en est convaincu : Vladimir Poutine veut surtout mettre un terme à la manie américaine de s'ingérer dans les affaires d'un pays souverain et d'en renverser le chef d'État, fut-il dictateur.

Barack Obama a beau dire que les frappes punitives qu'il envisage actuellement contre la Syrie ne visent pas à faire tomber le régime au pouvoir à Damas, Vladimir Poutine se méfie. Il veut à tout prix éviter une répétition de l'exemple libyen où, armée d'une résolution de l'ONU imposant une interdiction de survol, l'OTAN a changé l'équilibre des forces sur le terrain et a fini par faire tomber le régime du colonel Kadhafi.

Autre élément à ne pas négliger : la popularité de Vladimir Poutine découle en bonne partie d'un fond de nostalgie assez largement partagé en Russie pour la grandeur passée de l'URSS. Chaque fois qu'il se tient debout face à Washington et qu'il est vu comme le seul à pouvoir le faire, comme dans le cas de Snowden; chaque fois qu'il se comporte comme l'empêcheur de tourner en rond, Poutine marque des points auprès d'une frange importante de l'électorat. Il est payant politiquement en Russie de s'opposer à Washington. La position de Poutine sur la Syrie répond aussi à cette logique.

Un duel de coqs

Dernier point qui a aussi son importance, Poutine, comme Obama, est un peu prisonnier de ses prises de position et de ses déclarations passées. Un duel de coqs où aucun ne peut changer d'avis ou adoucir publiquement sa position sans passer pour un faible. Et plus Obama joue les gros bras dans le dossier syrien, plus il condamne Poutine à s'ancrer dans ses positions, et ce, même s'il devient de plus en plus délicat pour lui de soutenir publiquement le régime Al-Assad. Cela dit, il n'est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, et, à ce chapitre, Washington a peu de leçons à donner puisque tant la Maison-Blanche que le Département d'État pratiquent l'aveuglement volontaire sur l'importance et l'influence réelle et sans doute grandissante d'Al-Qaïda au sein des troupes rebelles.

Dans ces circonstances, il ne faut pas attendre grand-chose des discussions sur la Syrie qui auront lieu dans le cadre du sommet du G20 à Saint-Pétersbourg. Les civils innocents en Syrie pris entre deux feux, tant au sens propre qu'au sens figuré, et qui ne savent plus depuis longtemps à quel saint se vouer devront, une nouvelle fois, chercher ailleurs une solution à leur malheur.

PLUS:rc