NOUVELLES

35 % des écoles de la CSDM dans un état de vétusté très avancé

05/09/2013 03:29 EDT | Actualisé 04/11/2013 05:12 EST
Radio-Canada

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) poursuit l'inventaire des travaux qui devront être réalisés dans ses écoles. Le bilan à ce jour : des dizaines de bâtiments à rénover de fond en comble et une facture d'environ 1,6 milliard de dollars sur 10 ans.

Des rénovations, des travaux majeurs et possiblement d'autres écoles placardées... les familles montréalaises n'ont pas fini d'en voir.

La CSDM a adopté cet été un plan accéléré de réhabilitation de son parc immobilier, dans lequel on fait état des travaux prioritaires à entreprendre au cours des deux prochaines années et de ceux à l'étude pour les années suivantes.

« C'est dommage d'avoir besoin d'en être rendu là. Ce sont des édifices qui ont besoin de beaucoup, beaucoup, beaucoup de rénovations et compte tenu du financement qui a été donné, il n'y a pas moyen de faire toutes les rénovations qui sont nécessaires », explique une commissaire au Comité central des parents de la CSDM, Mélanie Robinson.

Selon la liste des 226 écoles de la CSDM classées en fonction de leur « état de vétusté » :

  • 27 bâtiments sont dans un état de vétusté « trop avancé », ce qui signifie qu'il coûterait plus cher de les rénover que de les reconstruire;
  • 55 écoles sont dans un état « très avancé », nécessitant une réhabilitation majeure rendant la cohabitation avec les élèves « difficile, voire impossible »;
  • 134 autres sont dans un état jugé « préoccupant »;
  • 10 bâtiments sont dans un état jugé « correct », dont la vétusté est maîtrisée, ce qui représente seulement 5 % des écoles de la CSDM.

En théorie, selon la stratégie d'intervention de la CSDM pour maîtriser les risques immobiliers, neuf écoles par année devraient être reconstruites ou rénovées en profondeur, et ce, jusqu'en 2023. Cela nécessiterait des coûts annuels de 5 à 15 millions de dollars par école, soit un total pouvant aller jusqu'à 647 millions de dollars.

Et c'est sans compter les mauvaises surprises, comme les écoles où l'on découvre des problèmes cachés de moisissures, en plus de gérer le casse-tête de la relocalisation des élèves.

La CSDM demande l'aide de Québec

Mais pour mener à bien ces travaux, il faudrait que la ministre de l'Éducation, Marie Malavoy, donne son aval au plan de la CSDM et accepte d'éponger une grande partie de la facture.

« On a de la difficulté à avoir un engagement formel pour rebâtir l'école Baril, de la part du ministère. Là, on arrive avec une prévision, une demande de reconstruction de plusieurs écoles, alors ce n'est pas gagné d'avance, je ne pense pas », souligne Catherine Renaud.

Les comités de parents, les enseignants et les syndicats de la CSDM ont mis sur pied en février dernier la Coalition pour des écoles saines. Ils ont également lancé une pétition pour demander 100 millions de dollars supplémentaires par année, pendant 10 ans, afin de remédier à ces problèmes.

La CSDM n'a pas fourni à Radio-Canada la liste des écoles qui sont en très mauvais état, mais sa présidente, Catherine Harel-Bourdon, assure que la commission scolaire ne prévoyait aucune fermeture à court terme. À moins d'une autre mauvaise surprise, bien entendu.