NOUVELLES

WikiLeaks: le soldat Manning demande un pardon présidentiel à Barack Obama

04/09/2013 06:52 EDT | Actualisé 04/11/2013 05:12 EST

HAGERSTOWN, États-Unis - Le soldat américain Bradley «Chelsea» Manning, condamné à 35 ans de prison pour avoir transmis des milliers de documents secrets à WikiLeaks, demande un pardon présidentiel, selon des documents rendus public mercredi.

Son avocat, David Coombs, a transmis une demande de pardon mardi au président Barack Obama, par le biais du département de la Justice.

La Maison-Blanche avait indiqué le mois dernier qu'une éventuelle demande de pardon du soldat Manning serait évaluée comme n'importe quelle autre.

Au lendemain de l'annonce de sa peine, au mois d'août, le soldat Manning avait déclaré qu'il souhaitait changer de sexe et se faire appeler Chelsea pour refléter sa réelle identité.

Le soldat a signé sa demande de pardon de son vrai nom, Bradley Manning, et non Chelsea. Son avocat a indiqué que tout document relatif à la demande de pardon ou à la cour martiale devait porter le nom officiel du soldat. Les autorités de la prison militaire où il est détenu ont indiqué qu'il devrait présenter une demande officielle de changement de nom pour être désigné sous le prénom de Chelsea.

Dans la demande de pardon, le soldat affirme avoir transmis des documents secrets à WikiLeaks «par amour» pour son pays et «par sens du devoir envers les autres». Il explique avoir commencé à se questionner sur la moralité des opérations américaines en Irak et en Afghanistan en lisant des rapports militaires secrets tous les jours en Irak, dans le cadre de ses fonctions d'analyste du renseignement militaire.

Le soldat reconnaît avoir enfreint la loi mais affirme qu'il ne voulait pas heurter quiconque ni nuire aux intérêts des États-Unis.

Mark Osler, professeur de droit et fondateur d'une clinique juridique à l'université St-Thomas de Minneapolis, a estimé à «zéro pour cent» les chances de succès du soldat, compte tenu du très petit nombre de pardons accordés par Barack Obama.

Depuis qu'il a été élu, le président a accordé 39 pardons et une commutation de peine, mais a rejeté 1333 demandes. C'est un plus faible taux que tous ses prédécesseurs récents, selon M. Olser.

PLUS:pc