NOUVELLES

Les secteurs du pétrole et du gaz font de l'Alberta la destination pour l'emploi

04/09/2013 10:27 EDT | Actualisé 04/11/2013 05:12 EST

OTTAWA - La province de l'Alberta est devenue la destination d'emploi de plusieurs travailleurs. Cet attrait s'explique par l'expansion du secteur du pétrole et du gaz.

De manière connexe, l'activité économique albertaine est toujours en croissance, une tendance observée tout au long des années 2000 par Statistique Canada dans cette province de l'Ouest.

Tous les chercheurs d'emploi ne s'y installent pas de manière permanente, cependant. Certains préfèrent conserver leur lieu de résidence principale ailleurs au Canada et n'y effectuent que des déplacements pour le travail.

Au plus fort du cycle économique en 2008, environ 133 000 employés interprovinciaux travaillaient en Alberta. Un an plus tard, en 2009, ce nombre avait reculé mais s'établissait tout de même à 106 000 travailleurs.

Ce sont des résidents des provinces limitrophes, de la Colombie-Britannique et de la Saskatchewan, qui représentaient la plus forte proportion des employés interprovinciaux en Alberta, avec près de 59 pour cent de cette main-d'œuvre, de l'extérieur, en 2004.

L'économie favorable a tout de même réussi à attirer des employés interprovinciaux aussi loin que de la région de l'Atlantique. Tant et si bien qu'en 2008, ces Canadiens de l'Est du pays représentaient 26 pour cent des employés interprovinciaux en Alberta.

De manière générale, ces migrants de l'emploi sont surtout des hommes. Fait à noter, les travailleurs interprovinciaux jeunes, célibataires et résidents du Canada atlantique étaient parmi les plus enclins à s'installer à temps plein en Alberta après s'y être amenés pour l'emploi.

Et si le travail est la raison principale, ce sont d'abord les conditions salariales qui jouent un rôle prépondérant. Lorsque l'on compare les revenus médians annuels avant et après leurs revenus de travail en Alberta, les hommes de 35 à 49 ans ont vu leurs revenus augmenter d'environ 38 pour cent (ou de 13 200 $). Chez les hommes du Canada atlantique, les hausses de revenus pouvaient représenter un bond de 79 pour cent.

PLUS:pc