NOUVELLES

Le TSX clôture en hausse malgré le recul des matières premières

04/09/2013 06:12 EDT | Actualisé 04/11/2013 05:12 EST

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en hausse mercredi, la guerre civile en Syrie ayant continué à projeter son ombre sur les marchés et les investisseurs se demandant toujours si les États-Unis finiraient par mener une frappe militaire sur le pays, qui est accusé d'avoir effectué une attaque chimique meurtrière contre sa propre population.

L'indice composé S&P/TSX a avancé de 17,31 points pour terminer la séance à 12 757,81 points, porté par les gains des secteurs des services publics et des titres industriels.

Le dollar canadien s'est apprécié de 0,34 cent US à 95,31 cents US après que la Banque du Canada eut laissé son taux d'intérêt directeur inchangé à un pour cent, un niveau qu'il conserve depuis septembre 2010.

Aux États-Unis, de solides données sur les ventes d'automobiles au mois d'août ont aidé les principaux indices boursiers à progresser. Les investisseurs ont par ailleurs tenu compte des efforts du président Barack Obama pour tenter d'obtenir un appui du Congrès avant toute opération militaire contre la Syrie.

Le président s'est dit confiant mardi d'arriver à convaincre les membres du Congrès, qui pourraient tenir un vote sur la question au début de la semaine prochaine.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a bondi de 96,91 points à 14 930,87 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq a gagné 36,43 points à 3649,04 points et que l'indice élargi S&P 500 s'est adjugé 13,31 points à 1653,08 points.

Par ailleurs, les opérateurs ont pris connaissance de données positives sur la santé économique des États-Unis pendant le mois d'août.

Dans sa plus récente étude régionale, la Réserve fédérale des États-Unis a noté que l'économie s'était accrue à un rythme de modeste à modéré le mois dernier.

La Fed a indiqué que l'activité des fabricants avait progressé modestement, que l'activité de prêt s'était quelque peu affaiblie et que l'embauche était restée stable ou s'était légèrement appréciée.

Les opérateurs se demandent si la Fed décidera, plus tard en septembre, de commencer à réduire la cadence de son programme mensuel de relance qui prévoit l'achat de 85 milliards $ US en obligations.

Le secteur des services publics a pris 1,43 pour cent, l'action de Capital Power (TSX:CPX) ayant notamment gagné 45 cents à 20,90 $.

Ce groupe d'actions, sensible aux taux d'intérêt, a été durement frappé depuis que le président de la Fed, Ben Bernanke, a évoqué pour la première fois, en mai, la possibilité de mettre la pédale douce à ses programmes de relance économique, ce qui a eu pour effet de faire grimper les rendements obligataires.

Les actions du secteur industriel ont aussi soutenu le TSX. Le titre du Canadien Pacifique (TSX:CP) s'est adjugé 2,19 $ à 125,97 $.

Le groupe des technologies a lui aussi gagné du terrain, l'action du fabricant de téléphones intelligents BlackBerry (TSX:BB) s'étant emparé de 53 cents, soit 4,9 pour cent, à 11,28 $.

Les cours des matières premières ont reculé mercredi, mais le secteur des mines et métaux a légèrement avancé. Le cours du cuivre a pourtant retraité de 6 cents US à 3,24 $ US la livre à la Bourse des matières premières de New York, effaçant du coup la plus grande partie de ses gains de mardi.

Le secteur des télécommunications a été le plus grand perdant du TSX, avec un recul de 0,57 pour cent, au lendemain d'une avancée de quatre pour cent. Le titre de Rogers Communications (TSX:RCI.B) a glissé de 71 cents à 43,88 $ après avoir gagné sept pour cent la veille.

Le cours du pétrole brut a retraité de 1,31 $ US à 107,23 $ le baril à la Bourse des matières premières de New York, et le secteur de l'énergie du parquet torontois a reculé de 0,2 pour cent.

Le secteur aurifère a pour sa part cédé 0,16 pour cent, le prix du lingot d'or ayant perdu 22 $ US à 1390 $ US l'once.

PLUS:pc