NOUVELLES

Le film «The Fifth Estate», sur le site WikiLeaks, ouvrira le TIFF

04/09/2013 01:15 EDT | Actualisé 04/11/2013 05:12 EST

TORONTO - Lorsque votre film est le thriller «The Fifth Estate» à propos de l'organisation WikiLeaks, les médias s'occuperont de votre campagne de promotion.

La sortie de la version hollywoodienne de l'histoire tourmentée du site web de partage d'informations secrètes ne pourrait tomber plus à point, en raison des enquêtes toujours en cours sur son fondateur, Julian Assange, et sur l'ex-consultant de la NSA Edward Snowden, en plus de la récente condamnation du militaire Chelsea Manning, auparavant appelée Bradley Manning.

Selon le réalisateur Bill Condon, «The Fifth Estate» possède ainsi un avantage sur plusieurs autres grandes productions qui peinent parfois à trouver leur public.

Le film sera projeté en ouverture du Festival international du film de Toronto, ce jeudi.

M. Condon dément également, sourire aux lèvres, la rumeur voulant qu'Edward Snowden ait été embauché par Dreamworks.

Au dire du réalisateur, l'histoire de l'ancien consultant de la NSA ressemble d'ailleurs à s'y méprendre à celles de Bradley Manning ou de Julian Assange, des responsables du gouvernement américain utilisant «les mêmes termes» en parlant de lui.

Le défi, dit-il, est de tourner un film à propos de «cette question particulièrement complexe, ce qui est difficile dans le contexte de la vie privée et de la transparence à l'ère d'Internet, et espérer respecter la profondeur du sujet et présenter toutes les facettes de façon convaincante, pour pousser les gens à en parler».

Déjà, Julian Assange a qualifié le film d'«anti-WikiLeaks» et d'«attaque massive de propagande» contre lui, ce que dément le réalisateur. Toutes les critiques de M. Assange étaient basées sur une précédente version du scénario, et aucun élément contesté n'a été conservé pour la version finale, assure M. Condon.

Dès le départ, le réalisateur et l'acteur principal, Benedict Cumberbatch, qui joue le rôle de M. Assange, ont discuté de la délicatesse requise pour tracer le portrait d'un homme aussi intelligent que controversé, qui est considéré comme un héros par certains, mais comme un radical dangereux par d'autres.

M. Cumberbatch a tenté à plusieurs reprises de contacter directement le fondateur de WikiLeaks, sans succès.

«The Fifth Estate» sortira en salles en Amérique du Nord le 18 octobre.

PLUS:pc