POLITIQUE

La Fédération autonome de l'enseignement en faveur d'une charte sur la laïcité

04/09/2013 12:01 EDT | Actualisé 04/11/2013 05:12 EST
Radio-Canada

La Fédération autonome de l'enseignement (FAE) plonge à son tour dans le débat sur la charte des valeurs québécoises en demandant au gouvernement de Pauline Marois de recentrer le débat sur la laïcité.

La FAE demande en effet au gouvernement de renommer sa charte des valeurs québécoises en une charte de la laïcité.

L'organisme est d'avis qu'il est urgent qu'un débat public ait lieu afin de clarifier les règles sur les accommodements religieux, à défaut de quoi la FAE craint que des écoles publiques soient contraintes de prendre des décisions pouvant mener à des dérapages.

La FAE estime que la laïcité doit s'appliquer aux institutions plutôt qu'aux individus. « Nous ne voulons pas que la charte interdise à un individu, qui travaille dans une école, le port d'un accessoire ou d'un vêtement à connotation religieuse ou culturelle », explique le président de la FAE, Sylvain Mallette.

« On considère qu'il est normal qu'un enseignant ou une enseignante porte la kippa, une croix ou porte le hijab, dans le cas des enseignantes », poursuit-il.

La FAE se dit prête à défendre le droit de ses enseignants à porter des symboles religieux devant les tribunaux. L'organisme qui représente le tiers des enseignants du Québec espère éviter une telle situation, et demande donc au gouvernement de mener une réflexion collective afin de parvenir à un consensus.

INOLTRE SU HUFFPOST

La charte des valeurs vue par Twitter