NOUVELLES

Blanchet d'accord avec le plan de gestion des BPC soumis par Reliance

04/09/2013 11:49 EDT | Actualisé 04/11/2013 05:12 EST

QUÉBEC - Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, a accepté mercredi un plan de gestion de produits chimiques soumis par une entreprise qui gère un site d'entreposage dans l'ouest de Montréal .

M. Blanchet a constaté que ce plan d'action préliminaire est conforme aux attentes du ministère, notamment parce que les sous-traitants associés à l'opération ont l'expérience et les compétences nécessaires.

La semaine dernière, la compagnie Reliance, qui entrepose illégalement des biphényles polychlorés (BPC) à Pointe-Claire, a accepté de se soumettre à l'ultimatum lancé par Québec pour sécuriser les lieux et décontaminer les sols.

Reliance devait soumettre un plan prévoyant des mesures pour assurer la sécurité du site et l'entreposage adéquat des BPC, qui devront ensuite être déplacés vers un lieu sécuritaire et répertorié.

En mars dernier, plus de 1000 litres d'huile et d'eau huileuse présentant une importante concentration de BPC se sont déversés sur le site de l'entreprise, une information confirmée la semaine dernière par M. Blanchet, qui s'est retrouvé sur la sellette à cause de ce dossier.

Juste avant la réunion hebdomadaire du conseil des ministres, M. Blanchet a exprimé sa satisfaction concernant le plan soumis par Reliance, qui vise à atteindre les objectifs attendus par le ministère.

«Ils ont été rapides, le plan est complet, le plan est satisfaisant, le plan nous permet d'atteindre les objectifs en termes de sécurité, donc nous sommes satisfaits de ce que nous avons», a-t-il dit.

M. Blanchet a cependant prévenu que le ministère se tient prêt à prendre le contrôle du site si jamais les opérations menées par Reliance ne correspondaient pas aux attentes.

«Nous allons avoir des gens qui vont les accompagner au quotidien pour s'assurer que les normes du ministère de l'Environnement sont en tous points respectées ainsi que leurs propres engagements», a-t-il dit.

Les enquêteurs du ministère ont aussi effectué mardi une perquisition dans les bureaux de Reliance afin de récupérer tous les documents nécessaires à l'enquête présentement en cours, a annoncé le ministre dans un communiqué.

«Quelle que soit la bonne volonté que manifeste l'entreprise Reliance depuis que nous l'avons contrainte à prendre ses responsabilités, je ne vois aucune raison de croire que l'entreprise ne cherche pas à dissimuler ou à détruire des éléments de preuve, a-t-il dit. Il aura fallu quelques jours, mais nous avons entrepris la démarche dès la nuit de mercredi à jeudi derniers afin que soit délivré un mandat en vue de récupérer tous les documents potentiellement utiles.»

Mercredi, M. Blanchet a répété que le gouvernement aura recours à des procédures pénales contre l'entreprise.

Reliance devra, d'ici le 13 septembre, aménager une aire d'entreposage conforme aux règles sur les matières dangereuses, identifier correctement ces produits et mettre en place des mesures pour contenir les fuites ou les déversements.

Avant la fin du mois, l'entreprise devra vidanger tous les équipements en contact avec des BPC en plus d'installer un système d'alarme pour la détection d'incendie ou d'intrusions.

PLUS:pc