NOUVELLES

Québec ne veut pas s'impliquer dans l'élection municipale

03/09/2013 04:26 EDT | Actualisé 02/11/2013 05:12 EDT

Le gouvernement Marois ne veut pas se mêler de la campagne électorale municipale.

Un texte de François Cormier

Critiqué par plusieurs élus de Montréal pour s'être mêlé de la campagne électorale montréalaise par une décision concernant le site de compostage du secteur Saint-Michel, le gouvernement Marois assure qu'il n'a pas l'intention d'intervenir dans les débats entre les candidats municipaux.

« Je veux rassurer les candidats, ce n'est absolument pas l'intention de mon gouvernement ou des membres de mon gouvernement de s'impliquer dans la campagne électorale municipale » a déclarée la première ministre Pauline Marois lors d'un point de presse sur le site du futur campus Outremont.

La semaine dernière, son ministre, Yves-François Blanchet, avait annoncé qu'il n'appuyait plus le choix de Saint-Michel comme futur site pour une usine de compostage. Il s'agit pourtant d'un enjeu de la campagne électorale à venir. La veille, Denis Coderre avait demandé de « tirer la plogue » sur ce projet alors que Marcel Côté avait demandé un
moratoire.

Pauline Marois a demandé à tous ses ministres et tous ses députés de ne pas intervenir dans la campagne municipale. « Cependant, lorsque nous avons des décisions à prendre dans l'intérêt des citoyens, nous allons prendre les décisions même s'il y a campagne électorale », précise-t-elle. « On prend les décisions en fonction de l'intérêt de nos concitoyens et pas dans une perspective d'appuyer, soutenir ou contredire quelque candidat que ce soit au niveau municipal ».

Le maire de Montréal, Laurent Blanchard, n'a pas commenté ces propos de Pauline Marois. Il s'est contenté de dire qu'une annonce sera à surveiller très prochainement au sujet des sites de compostage.

PLUS:rc