NOUVELLES

Le marché de l'emploi s'améliore au Québec

03/09/2013 12:24 EDT | Actualisé 03/11/2013 05:12 EST

La situation sur le marché du travail dans les régions québécoises a notablement progressé depuis 15 ans au Québec, selon une étude de l'Institut de la statistique. Le document souligne que le taux de chômage a diminué et le taux d'emploi a augmenté dans toutes les régions au cours de cette période.

Globalement, le taux de chômage au Québec a baissé de 2,2 % entre 1997 et 2011, pour s'établir à 8,1 %. Les régions ressources ont été celles qui ont le plus profité de cette amélioration, avec une baisse de 4,8 % du taux de chômage, alors que les régions de Québec et de l'Outaouais voyaient ce taux baisser de 4,2 %.

Parallèlement à la baisse du taux de chômage, le Québec a vu son taux d'emploi augmenter de 6 % en 15 ans, à 71 % en 2009-2011. Ce phénomène est observé dans toutes les régions de la province. C'est toutefois dans la région de Montréal que l'on retrouve la hausse la moins importante du taux d'emploi, soit de 5 %, contre plus de 8 % ailleurs.

L'Institut de la statistique note aussi que 434 000 emplois ont été créés au Québec entre 1997 et 2011.

Par ailleurs, l'organisme souligne que la part d'emplois de qualité faible occupés sur le marché du travail a diminué lors de cette période, particulièrement à Montréal, à raison de 10 %, alors que les régions ressources voyaient cette proportion baisser de 4 points de pourcentage.

Pour ce qui est du salaire horaire, l'étude parle de gains dans plus plusieurs régions. Les régions de l'Outaouais, de Laval et de l'Estrie ont été les plus choyées sur ce plan, avec des croissances respectives de 15,5 %, 15,1 % et 14,3 %. Ces chiffres équivalent à près du double de la moyenne québécoise, qui est de 8,6 %. C'est au Saguenay-Lac-Saint-Jean et en Gaspésie que le salaire horaire a le moins varié entre 1997 et 2011, bien que ce soit le Centre-du-Québec qui accuse le plus de retard par rapport au salaire horaire moyen de l'ensemble du Québec, avec moins 10 %.

Le rapport note également que la situation des femmes s'est grandement améliorée sur le marché du travail au cours de cette période, signalant une baisse importante de leur taux de chômage, des croissances fortes de leur taux d'emploi et une plus grande présence dans les emplois de qualité élevée. Fait à noter, la gent féminine a devancé les hommes lors de ces 15 années en ce qui a trait à la part de travailleurs ayant complété une scolarité de niveau postsecondaire.

PLUS:rc