NOUVELLES

Frappes en Syrie: le secrétaire d'État américain tente de convaincre le Sénat

03/09/2013 04:05 EDT | Actualisé 03/11/2013 05:12 EST

WASHINGTON - Le secrétaire d'État américain a déclaré mardi que le débat sur une éventuelle intervention militaire en Syrie ne concernait pas la «ligne rouge» établie par le président Barack Obama.

Lors de son témoignage public devant la commission des affaires étrangères du Sénat, John Kerry a affirmé que le débat portait plutôt «sur la ligne rouge établie par le monde» face aux armes de destruction massive.

Selon M. Kerry, il s'agit d'une «ligne rouge que toute personne ayant une conscience devrait tracer».

M. Kerry, le secrétaire à la Défense Chuck Hagel et le chef d'état-major Martin Dempsey témoignaient devant le Sénat mardi pour tenter de convaincre les membres du Congrès de voter en faveur de frappes militaires limitées contre la Syrie après l'attaque chimique près de Damas, qui aurait fait des centaines de morts, dont de nombreux enfants, le 21 août.

Le secrétaire d'État a déclaré que ce n'était pas le moment d'adopter une position isolationniste et d'être «des spectateurs du massacre».

PLUS:pc