NOUVELLES

Les derniers mots du poète irlandais Seamus Heaney lus à ses funérailles

02/09/2013 12:54 EDT | Actualisé 02/11/2013 05:12 EDT

DUBLIN - L'Irlande pleurait lundi la mort du lauréat du prix Nobel de littérature Seamus Heaney, lors de ses funérailles aux cours desquelles on a lu le dernier vers du poète, écrit sur son lit d'hôpital.

Les chefs de gouvernements des deux parties de l'Irlande, des poètes et des romanciers se trouvaient dans l'assistance, à l'église catholique du Sacré-Coeur de Dublin. S'y trouvaient aussi les musiciens Bono et The Edge, du groupe U2, et l'ancien otage libanais Brian Keenan.

Derrière l'autel, un des trois enfants de M. Heaney a lu les derniers mots de son père, un message texte envoyé depuis son lit d'hôpital à sa femme, Marie.

Le message — écrit en latin, sa langue de prédilection, quelques minutes avant qu'il ne meure — disait: «Noli Timere»: «Ne crains rien».

Cette déclaration a déclenché un flot de larmes dans l'église, notamment chez Mme Heaney et sa fille, Catherine.

Ses fils, Michael et Christopher, et d'autres membres de la famille, qui ont porté le cercueil, ont été applaudis spontanément à la sortie de l'église.

Dimanche, 80 000 personnes assistant à la demi-finale de football gaélique entre les équipes de Dublin et Kerry ont observé une minute de silence et applaudi la mémoire du poète.

Seamus Heaney avait obtenu le prix Nobel de littérature en 1995 pour ses écrits inspirés des merveilles rurales de l'Irlande, du conflit de l'Irlande du Nord, où il est né, et des anciennes cultures d'Europe, de la foi catholique et du mysticisme celtique.

Il est mort vendredi dans un hôpital de Dublin, à l'âge de 74 ans.

PLUS:pc