TORONTO - Le vice-président exécutif de Telus affirme que l'annonce voulant que Verizon Communications ne soit plus intéressée à s'implanter sur le marché canadien est une bonne nouvelle.

Josh Blair a toutefois déclaré lundi que Telus s'inquiète toujours de la politique gouvernementale concernant le spectre sans-fil qui sera disponible pour les fournisseurs sans-fil canadiens.

«Cela n'a jamais été à propos de Verizon s'installant ou non au Canada, cela a toujours été à propos d'un accès équitable au spectre», a-t-il dit.

«Le spectre est essentiel à notre industrie, et sans un accès équitable, cela pourrait désavantager de façon permanente les entreprises canadiennes», ajoute-t-il.

Du côté de chez Bell, le porte-parole Mark Langton a qualifié la décision de Verizon de «nouvelle importante», mais a repris lui aussi les inquiétudes de M. Blair à propos des normes canadiennes.

«Les failles bureaucratiques qui avantagent les grandes entreprises étrangères sont encore là, et devraient être comblées», soutient M. Langton.

«Les Canadiens ont dit vouloir de la concurrence, mais seulement si celle-ci est équitable.»

Le porte-parole de Verizon Bob Varettoni a confirmé lundi que le président Lowell McAdam avait annoncé que l'entreprise n'était plus intéressée à s'établir au Canada, après que la compagnie eut accepté de payer 130 milliards $ US pour les 45 pour cent des parts détenus dans Verizon Wireless par le fournisseur cellulaire britannique Vodafone.

M. Varettoni a précisé que M. McAdam avait souligné que Verizon n'était pas intéressée à s'installer au Canada, ajoutant qu'«à ce moment-ci, nous ne sommes pas intéressés à entrer sur le marché canadien du sans-fil».

La perspective de l'arrivée de Verizon avait provoqué un tollé chez les joueurs du marché canadien.

Les principaux fournisseurs ont argué que les grands joueurs tels que Verizon auraient obtenu un avantage injuste en vertu des règles actuelles du secteur.

Ces entreprises avaient également mis sur pied une campagne publicitaire pour affirmer qu'elles seraient désavantagées si Verizon pouvait entrer sur le marché en vertu des règles actuelles.

M. Blair a soutenu que ces règles demeuraient «entièrement ouvertes».

«Tout simplement parce que Verizon ne prévoit pas de venir au pays ne signifie pas qu'une autre grande compagnie étrangère... ne pourrait pas vouloir venir au pays et tirer avantage de règles qui lui ouvriraient littéralement la voie à la moitié du spectre de 700 mégahertz.»

M. Blair a poursuivi en mentionnant que Telus aimerait que les règles soient modifiées avant l'enchère de janvier 2014 sur le spectre sans-fil, lors de laquelle les entreprises miseront sur des fréquences nécessaires pour exploiter des réseaux cellulaires.

Selon Telus, Rogers et Bell, une entreprise étrangère misant pour obtenir une part du spectre pourrait présenter une offre pour deux blocs importants du spectre de 700 mhz, tandis que les trois principaux joueurs nationaux n'auront accès qu'à un bloc à la fois.

Une porte-parole du ministre de l'Industrie James Moore a fait savoir que le choix de Verizon ne modifierait pas vraiment, voire pas du tout les plans d'Ottawa pour la mise aux enchères du spectre.

«Nous allons continuer d'aller de l'avant avec les enchères, tel que prévu», a dit Jessica Fletcher, lundi.

Les compagnies ont jusqu'au 17 septembre pour faire connaître leurs intentions, et personne n'a donc de portrait complet de la situation avant cette date, poursuit Mme Fletcher.

Loading Slideshow...
  • Les 7 géants des médias au Canada

  • Postmedia - 1,1 milliard $

    Postmedia a été créée en 2010, après le démantèlement de Canwest. Un consortium mené l'ancien PDG de Canwest Paul Godfrey a acheté actifs des journaux de Canwest, dont le National Post, le Ottawa Citizen et le Calgary Herald, de même que deux quotidiens de Vancouver. En photo: le PDG de Postmedia, Paul Godfrey <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Torstar - 1,48 milliard $

    Torstar détient le Toronto Star, plus important quotidien au pays. L'entreprise détient aussi la chaîne de magazine Metroland et l'éditeur Harlequin, qui publie des romans à l'eau-de-rose. En photo: l'édifice de Torstar à Toronto <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Shaw - 4,74 milliards $

    Le géant du câble dans l'ouest canadien est entré dans les ligues majeures en 2009 avec l'achat de plusieurs affiliés de CTV. L'entreprise fondée par Jim Shaw est toujours contrôlée par sa famille. En photo: le PDG Brad Shaw <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Quebecor - 9,8 milliards $

    Fondée par Pierre Péladeau, l'entreprise détient Sun Media et la chaîne de quotidiens Osprey, de même que Vidéotron, TVA et nombre de publications et de sites web. Le fils de Pierre Péladeau, Pierre-Karl, a occupé le poste de PDG de 1999 à 2013. Depuis mars 2013, Robert Dépatie occupe ce poste. Photo: Pierre-Karl Peladeau <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Rogers - 12,1 milliards $

    Fondée par Ted Rogers, Rogers Communications est un acteur de premier plan dans le secteur du câble et des services sans-fil. L'entreprise contrôle Rogers Media, qui détient 70 publications, 54 stations de radio et plusieurs chaînes de télé, dont CityTV et The Shopping Channel. En photo: Le PDG de Rogers, Nadir Mohamed <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Woodbridge (Thomson Reuters) - 13,8 milliards $

    Woodbridge est le holding de la milliardaire famille Thomson. L'entreprise contrôle 55 % de Thomson Reuters, l'une des plus grandes organisations médias. En photo: le fondateur Kenneth Thomson photographié en 2003. <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>

  • Bell Canada (BCE) - 18,1 milliards $

    BCE est l'une des plus importantes entreprises canadiennes, avec ses services de téléphonie, de web et de télévision. Sa filiale Bell Média a acheté les stations de radio du groupe CHUM en 2006, et celles d'Astral Media en 2012. Bell détient également le réseau CTV. <em>*Selon les chiffres annoncés par l'entreprise</em>