POLITIQUE

Commission Charbonneau: les audiences reprennent mardi

02/09/2013 11:26 EDT | Actualisé 02/11/2013 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - La Commission Charbonneau reprendra ses audiences ce mardi après un peu plus de deux mois de pause estivale. Et les syndicats seront vraisemblablement au menu cet automne.

Les audiences commenceront un peu plus tôt qu'à l'habitude mardi matin, puisque la procureure chef de la commission, Sonia LeBel, prendra brièvement la parole pour exposer les thèmes qui seront abordés lors des audiences de l'automne.

On a appris que six représentants de la FTQ-Construction ont d'ores et déjà reçu une citation à comparaître devant la commission, dont l'actuel directeur général de la FTQ-Construction, Yves Ouellet.

Lui-même a confirmé en entrevue à La Presse Canadienne qu'il avait reçu son assignation, qui ne comprend toutefois pas de dates précises — seulement une plage de temps qui s'échelonne du 4 septembre au début de décembre.

«Nous, c'est comme on a tout le temps dit: on a dit qu'on allait répondre à leurs questions et on a dit qu'on allait participer, alors on participe! C'est pas plus compliqué que ça! On va attendre qu'ils nous appellent», a lancé M. Ouellet.

Il dit ignorer au juste quelles pistes la commission veut explorer avec la FTQ-Construction. «C'est une commission d'enquête; on ne sait pas comment ils vont aller. On n'a aucune idée où ils s'en vont. Je ne peux pas spéculer. Ça va dépendre de leurs questions; ça va dépendre de leur enlignement aussi», a-t-il affirmé.

Il est par ailleurs vraisemblable que la commission s'attardera aussi à l'intérêt qu'a suscité le Fonds de solidarité FTQ auprès de certains entrepreneurs en construction.

Des enregistrements d'écoute électronique entendus en février dernier à la commission laissent croire que certains entrepreneurs en construction cherchaient à tisser des liens avec des dirigeants syndicaux dans l'espoir d'obtenir des informations ou d'avoir un accès au Fonds de solidarité FTQ.

Mais au Fonds, vendredi, on a refusé de dire si un de ses représentants avait été assigné comme témoin devant la commission. «Il faudrait demander à la Commission Charbonneau qui elle a convoqué. Ce n'est pas à nous de (le) dire», a répondu le porte-parole Patrick McQuilken.

Le ministère des Transports

La commission doit aussi se pencher éventuellement sur les contrats conclus avec le ministère des Transports du Québec — et peut-être aussi avec d'autres municipalités que Montréal, Laval et la Couronne Nord, dont il a été question à ce jour.

Des rumeurs ont évoqué les villes de Gatineau et Québec, mais le directeur des communications de la commission, Richard Bourdon, n'a ni confirmé ni infirmé l'information, vendredi. Il a seulement assuré que la commission ne serait pas itinérante, comme certains l'avaient avancé.

Il n'a pas voulu dire non plus si les dossiers de Montréal et de Laval étaient définitivement clos.

La commission a encore peu traité du financement des partis politiques provinciaux. De même, le thème de l'influence du crime organisé dans l'industrie de la construction doit également être abordé — un thème qui n'a été qu'effleuré à ce jour.

D'autre part, la question du placement des ouvriers sur les chantiers par les grandes organisations syndicales semble avoir été réglée par la loi qui a retiré ce pouvoir aux syndicats pour le transférer à la Commission de la construction du Québec. Le nouveau service de référence de main-d'oeuvre doit d'ailleurs entrer en vigueur au cours des prochains jours.

L'autre grande organisation syndicale qui a fait du placement de main-d'oeuvre, à savoir le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International), a indiqué vendredi qu'aucun de ses représentants n'avait reçu de citation à comparaître.

Il en était de même à la CSN-Construction, qui s'est longtemps plainte d'être victime des pratiques de placement des grandes organisations syndicales de la construction. Aucun représentant n'avait reçu de citation à comparaître devant la commission, vendredi dernier.

Le rapport final est attendu le 19 avril 2015. Les audiences devront donc prendre fin plusieurs mois avant cette échéance, afin que les commissaires aient le temps de rédiger leur rapport. À l'origine, avant la prolongation du mandat de la commission, le rapport final devait être déposé le 19 octobre prochain.

Un rapport d'étape doit être remis au gouvernement le 31 janvier prochain.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref
Construction: la (longue) marche vers une enquête